Un forum Harry Potter à l'ancienne 100% Poudlard
 
AccueilAccueil  La GazetteLa Gazette  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Naked Truth ft. Gemma

Aller en bas 
AuteurMessage
Adrian Ashibe
un Serdaigle
un Serdaigle
Adrian Ashibe

Messages : 121
Date d'inscription : 25/11/2018

Gallions : 891

Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptyVen 30 Nov - 23:19

Naked Truth

C'était à prévoir. Il avait espéré avoir tort, se tromper, mais il avait eut raison ; et pourtant, même en sachant qu'il l'aurait croisée, il était venu au terrain. Il était venu avec son balai pour voler dans l'espoir de se libérer un peu l'esprit comme à chaque fois qu'il avait passé une journée à étudier. Adrian était studieux, sérieux, prenait ses études à coeur tout comme l'entretient de son corps, raison pour laquelle il ne se concentrait pas que sur sa matière grise. Un corps en bonne santé et une bonne activité physique devait l'aider à ne rien perdre de ses capacités. Alors, c'était connu, il avait son planning, ses activités. Et elle, elle les connaissait, ses horaires.
Mais là, dans le vestiaire, il était énervé. Énervé contre lui-même, de ne toujours pas savoir comment réagir ou s'il faisait bien de l'ignorer, énervé d'être incapable d'avancer, de vraiment tirer un trait sur tout ça. Il était immobile face à la porte ouverte de son casier, encore habillé et en sueur après une bonne heure d'efforts. Il regardait d'un air absent ses affaires de rechange tandis que ses pensées vagabondaient ici et là, incapables de faire abstraction des détails. Et quand enfin il eut une réaction ─ un soupir et un regard vers le plafond ─ ce fut pour ensuite tourner la tête vers le mur à sa droite. De l'autre côté, elle était présente. Gemma.

Gemma Nott. Gardienne de Gryffondor. Une jeune femme pleine de fougue et de passion avec un sacré caractère et une bonne dose de cran. Une septième année, comme lui, très intéressée par les sortilèges, comme lui. Mais quelque chose les différenciait tout particulièrement et cette différence était à l'origine de cette froideur qu'Adrian affichait devant elle. Des sentiments qui n'avaient pas lieu d'être, un fardeau douloureux et inutile à ses yeux. Le jeune homme, passablement agacé, détourna le regard du mur et entreprit de se déshabiller, préférant se changer et partir avant qu'elle-même ne finisse d'être prête.
Cela faisait des mois que ce petit manège perdurait, qu'il l'évitait, l'ignorait, se montrait distant et parfois même sarcastique et désagréable, sans raison apparente. Elle ne pensait pas que c'était lié au fait qu'elle ait fricotté avec un né-moldu car tout le monde savait qu'Adrian se fichait de la nature du sang des gens et que lui-même ne se considérait pas spécialement pur pour diverses raisons. Gemma avait raison, mais partiellement seulement. Car c'était bel et bien depuis ce baiser en public que le Serdaigle s'était mis à l'éviter. Au début, il avait voulu faire celui qui ne comprenait rien, puis à force, il avait été irrité de ce petit manège, jusqu'à ce qu'il finisse par tourner les talons et partir à chaque fois qu'elle venait lui parler. C'était lâche, il le savait. Mais c'était pas lui le Gryffondor, il n'avait rien à prouver également. Puis, c'était passager et finalement, ces sentiments étaient plus qu'une gêne qu'autre chose. Fatalement, Gemma avait été une source d'ennuis à ses yeux froids, mais également une source de peine incompréhensible pour son coeur.

Perdu dans ses songes, dévoré par une rancune injustifiée, Adrian jeta son t-shirt dans le casier. Au même instant, un vacarme venant des casiers près de l'entrée le fit sursauter ; lui qui se trouvait au fond du vestiaire, à la dernière rangée de casier, ne voyait absolument rien de ce qu'il se passait à l'entrée. Pieds et torse nus, vêtu d'un simple pantalon noir en coton, il sortit de sa rangée, curieux de découvrir l'origine du vacarme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptySam 1 Déc - 3:31

talk to me

Un entraînement pour se remettre dans le bain en cette triste rentrée. La première où Gemma se sent vraiment seule, la première où elle avance dans les couloirs en étant Gemina Nott, la répudiée. Et elle sent les regards des autres, de ceux de l'élite, les sang-purs la dévisageant, la méprisant de leurs sourires odieux. Une de moins au tableau, une de plus à se moquer et elle avance la tête haute, ça ne l'atteint pas, elle s'en fiche. Du moins, c'est ce qu'elle montre, car même si véritablement la plupart lui passent par dessus la tête, il y a ceux que sa conscience ne peut ignorer. Anton, Lavinia, à la fois si proches et si loin d'elle. Alors elle tente d'oublier, elle tente de les ignorer. En cours, elle s’assoit à l'opposé d'eux, elle ne croise aucun de leurs regard et ils font de même de leur côté. La brune se raccroche à ses amis mais certaine fois, cela ne suffit pas. Et ces fois-là, elle rêve de s'évader haut dans le ciel, plus que d'habitude, elle se rend compte que voler est un besoin, non plus seulement une envie. Alors lorsque le moment lui permet, elle s'éloigne d'Orion qui s'évertue à finir son premier devoir en sortilèges. Elle relève les yeux vers Aurora et lui sourit doucement alors que son amie comprend le tourment au fond des iris brunes de la sang-pur. Je reviens, je vais voler un peu.. elle avait ce besoin d'air, d'oublier le poids du mépris, le poids de la culpabilité. Avançant jusqu'au terrain de quidditch, elle remarque Adrian voler dans les cieux lorsqu'elle dévale la colline surplombant les vestiaires et une moue soucieuse s'empare de ses traits. Des mois maintenant qu'il l'évitait, des mois qu'il ne lui adressait plus un mot, serait-ce à cause de sa trahison envers les sang-purs ? Était-il, lui aussi, intolérant aux liens entre carmins de valeurs et ceux amoindris ? Gemma se refusait d'y croire, ayant aperçu lors de ce début d'amitié un étudiant ayant plus de valeur que ce croquis indéfini.

Et elle respecte son temps de jeu, elle sait désormais qu'il ne sert à rien de tenter de le rejoindre dans ce qu'était autrefois, des entraînements communs. Le cœur las, elle s'avance jusqu'aux vestiaires féminins, entièrement vide. Assez silencieux pour comprendre par le bruit d'une porte à l'extérieur qu'Adrian est là, de l'autre côté de ce mur. Elle tente de chasser ses pensées perdues de son esprit et se déshabille rapidement avant de rechercher sa tenue de quidditch dans les casiers de son équipe. Elle est en train de fouiller pour trouver le bas de sa tenue lorsqu'un bruit sourd la fait sursauter, alors simplement habillée de ses sous-vêtements. Gemma reste interdite un long instant mais sa fougue de lion la pousse à enfiler le short en coton qu'elle tient sous sa main avant d'attraper sa baguette et de se précipiter du côté des vestiaires des garçons. La peur au ventre, elle s'imagine Adrian dans une situation troublante et négative et accourt aussi vite qu'elle le peut. Elle entre dans l'antre masculine et alors qu'elle avance de quelques pas, un courant d'air filant sur sa poitrine seulement vêtue de son soutien-gorge, elle sursaute à nouveau en entendant la porte se refermer avec violence suivi d'un bruit de verrou. Sérieusement ? évoque t'elle dans une plainte alors qu'elle recherche Adrian du regard. Adrian ? elle le retrouve là, au fond vers les casiers. Un soulagement vient libérer sa poitrine angoissée mais ses sourcils, toujours froncés, font part de son inquiétude encore présente. Tout va bien ? Je, j'ai entendu un bruit.. Et elle ne se rend pas bien compte de sa tenue, de ses pieds nus sur le carrelage froid, elle s'approche de lui en regardant la peau humide de sueur du bleu, sa musculature bien définie grâce au quidditch, son regard recherchant celui du serdaigle avec appréhension. Pourvu qu'il aille bien.
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Ashibe
un Serdaigle
un Serdaigle
Adrian Ashibe

Messages : 121
Date d'inscription : 25/11/2018

Gallions : 891

Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptySam 1 Déc - 12:24

Naked Truth

Il s'avança encore un peu et s'arrêta sèchement lorsqu'il aperçu la silhouette féminine de Gemma.

Adrian ? l'appella-t-elle.

Il ne répondit pas car, dès l'instant où il l'avait vue, il avait surtout remarqué sa tenue. L'expression surprise de son regard suffisait à retirer la froideur de l'ensemble de son visage mais rapidement, alors que Gemma reprenait la parole pour lui demander s'il allait bien, le jeune homme détourna le visage sur le côté, feignant un soupir pour cacher une subite gêne. D'une, elle n'avait rien à faire là, de deux, elle n'était pas spécialement dans une tenue adéquate, de trois, lui-même n'était pas spécialement du genre à s'exhiber. En vrai, cela le gênait tout autant d'être également à moitié nu devant elle, chose qu'il ne faisait jamais ou seulement avec d'autres joueurs dans les vestiaires ou dans la chambre de son dortoir. Gemma s'approcha et il se refusait toujours à la regarder. Elle était inquiète de savoir s'il allait bien et il ne pu empêcher un regard vers le plafond. Il allait toujours bien, quelle question. Quand l'avait-elle déjà vu se plaindre de quoique ce soit ? Jamais. C'étair gentil de s'inquiéter, mais il n'y avait vraiment aucune raison de le faire, songeait-il. Ce bruit, de surcroit, n'avait rien de particulièrement inquiétant. Si ?

Evidemment, répondit-il froidement, peut-être même un brin sarcastique. Retourne dans ton vestiaire avant que quelqu'un ne te voit ici.

Il la repoussait plus qu'autre chose. Il savait que vis à vis de lui, elle n'était pas mauvaise, qu'elle ne lui voulait pas de mal, mais c'était bien ces attentions à son égard et tout un tas d'autres détails qui rendaient les choses inutilement compliquées. Adrian la dépassa alors, toujours sans lui adresser le moindre regard ; et alors qu'il voulait ouvrir la porte du vestiaire pour lui indiquer la sortie dans la plus belle indifférence mensongère qui soit, la porte ne bougeait pas. Il fronça les sourcils, la main sur la poignée, voulant tirer puis pousser. Rien à faire. Il leva la tête pour en regarder le haut, puis baissa les yeux vers le bas de la porte. A priori rien ne bloquait. Il secoua la poignée plus activement, étant subitement pris d'un doute.

Nom d'un troll... maugréa-t-il.

Est-ce qu'ils étaient enfermés ? Est-ce que Gemma avait verrouillé la porte en entrant pour le confronter ? Est-ce qu'il y avait un problème avec la porte, tout simplement ? C'était pas net. La baguette d'Adrian était encore posée avec ses affaires à son casier et un bon alohomora allait être de mise semblait-il. Pourtant, il ne se déplaça pas, l'idée de repasser à côté de Gemma le dérangeant. Dans cette tenue. Ah, que cette situation pouvait l'irriter et le mettre mal à l'aise. Il y repensa un instant ; évidemment qu'elle était belle. Il en avait même un peu rêvé, de la voir dans cette tenue, sauf que dans ses rêves, elle lui souriait. Cela faisait un petit moment qu'il avait réussi à chasser ces idées, à ne plus trop y penser, mais voilà qu'elle revenait tout bousculer. Il avait demandé pourtant, à son directeur de maison, comment se débarrasser de ça. Il avait cherché une potion, ce qu'on lui avait fortement déconseillé car normalement le temps devait faire son oeuvre. Mais ça perdurait, encore, et Adrian était face à la porte, incapable de l'ouvrir. Il se refusait de lui faire face, préférant simplement lui tourner le dos, fermé à toute discussion, à tout échange. S'il la fuyait, cela finirait pas par disparaître, c'était jusqu'à présent la stratégie qu'il avait employée. Puis surtout, il n'aurait pas à en parler, ni à s'expliquer. Il était déjà un connard méprisant pour bien du monde alors rester sur cette idée facile n'était pas bien compliqué. Sauf que Gemma, elle, savait qu'il n'était pas que ça.
Adrian ne bougeait pas. Il était devant la porte, la main quittant la poignée, sachant qu'il devait retourner à son casier pour aller trouver sa baguette, mais il n'y allait pas, Gemma étant sur le passage. Alors, pris au piège dans le vestiaire, il n'avait aucune idée de ce qu'il devait faire ou dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptySam 1 Déc - 20:05

talk to me

L'incompréhension lue à travers ses iris brunes, la lionne se tient à quelques pas seulement de l'étudiant. Plus capable de l'appeler son ami, elle ne sait ce qu'il est désormais pour elle, ce qu'elle est désormais pour lui. Comme l'impression qu'il a voulu tirer un trait sur elle dans sa vie, l'ignorer, l'oublier là où elle croyait qu'un début de quelque chose de précieux commençait à se tisser entre eux. Le manque de ne plus voir ses sourires en coin derrière ses grands airs, le manque de ne plus le voir s'épanouir dans les cieux en sa compagnie. Adrian avait été d'une présence particulière à ses côtés, elle qui n'est finalement qu'habituée à la fougue des lions, le calme et dynamique de l'aigle avait été une bouffée d'air frais pour Gemma qui, s'était réellement plu à le découvrir, doucement, subtilement, à travers les semaines. Un début d'amitié qu'aucun n'aurait pensé existante un jour, qui s'était imposée dans leurs quotidiens sans savoir comment ni pourquoi, avec une impression d'inné, de deux destins qui se croisent naturellement. Un lien pourtant fragilisé par l'absence et le comportement d'Adrian qu'elle ne savait déchiffrer. Comme si elle avait fait une erreur dans le parcours qu'elle ne saurait deviner ni résoudre, une faute qu'il n'arrivait pas à lui pardonner alors qu'elle n'en savait même pas sa nature. Et pourtant, elle y restait attachée à Adrian. Malgré toutes les fois où il la repoussait, toutes les fois où il l'ignorait dans les couloirs. Sourcils froncés, esprit inquiet, elle ne voulait se résoudre à ignorer cette part du destin qui les avait mis sur le chemin de l'autre, comprenant même encore aujourd'hui que malgré les efforts du serdaigle, ils étaient encore forcés d'être l'un avec l'autre. Et si Merlin s'amusait d'eux ?
Un mouvement de recul lorsqu'il lui répond sèchement, l'envie de lui intimer de se taire finalement si c'est pour se comporter ainsi avec elle alors qu'elle ne fait que s'inquiéter. Et elle le voit regarder le plafond, si même maintenant il n'arrivait plus à la regarder en face, c'était qu'il y avait un sacré soucis entre eux. Alors elle se renfrogne la lionne lorsqu'il la renvoie dans son vestiaire mais ne dit rien, car après tout, elle reconnaît qu'elle n'a rien à faire ici. Gemma le voit s'affairer à tenter d'ouvrir la porte de ses mains et se demande pourquoi il n'utilise pas sa baguette. Du regard, elle la voit posée juste derrière elle et alors qu'elle se retourne, sa nudité partielle lui saute enfin aux yeux. Trop préoccupée par le bien d'Adrian précédemment, elle s'empresse de croiser ses bras au dessus de sa poitrine, rougissant soudainement en regardant le sol. C'était à elle d'être gênée à présent et dans une volonté de faire avancer les choses et s'en aller, comme il le souhaitait tant, elle pris la décision de le dépasser en lui touchant le bras pour lui faire un pas sur le côté. Une main plaquée sur sa poitrine revêtue d'un simple soutien-gorge bordeaux, elle pointe sa baguette en direction du verrou. ALOHOMORA le verrou persiste et ses sourcils se froncent. Elle relève son attention sur Adrian toujours proche d'elle à sa plus grande surprise, le surplombant de sa hauteur, fixant enfin ses iris réellement depuis des semaines. Et elle reste interdite Gemma, comme elle ne l'a jamais été avant avec lui, troublée de ne pas savoir que faire, à la fois car elle craint de faire ce qu'il ne faudrait pas envers lui, encore une fois, à la fois car cette proximité et la moiteur de la peau du sportif est nouvelle, troublante. Alors elle se racle la gorge, recule d'un pas, rompt le contact visuel. Je.. j'imagine qu'on nous a enfermé, j'ai entendu la porte se verrouiller de l'extérieur après être entrée. Les bras croisés contre elle, Gemma a ce regard baissé au sol puis sur les casiers au loin avant de faire revenir son attention sur Adrian. Et je ne m'excuserais pas d'être ici alors que j'ai cru qu'il t'était vraiment arrivé quelque chose Adrian. Une intensité nouvelle dans la voix et dans le regard, elle soutient son regard une nouvelle fois avant de frissonner au premier courant d'air passant sur sa peau devenue beaucoup plus chaude.
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Ashibe
un Serdaigle
un Serdaigle
Adrian Ashibe

Messages : 121
Date d'inscription : 25/11/2018

Gallions : 891

Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptySam 1 Déc - 21:01

Naked Truth

Gemma arrivait et le forçait à se décaler sur le côté. Ce simple contact fit rater un battement à Adrian qui se tint légèrement en retrait, observant brièvement la chevelure brune devant lui. Il n'en décrochait pas son regard, même. Des longs cheveux bruns qu'il n'avait pas eu l'occasion d'observer de si près depuis un moment. Quand avait-elle grandit ? Et surtout, depuis quand était-il plus grand qu'elle ? Même ses épaules étaient plus petites que les siennes. Adrian réalisait, à cet instant précis, combien elle pouvait lui paraître petite en étant aussi proches.
La porte ne s'ouvrait pas cependant et si ses yeux se posèrent un instant sur la poignée de porte, ils revinrent sur Gemma lorsqu'elle se retourna vers lui. Là, il fut convaincu que c'était une erreur. Il n'arrivait pas à détourner le regard et en dépit de leur proximité, il se disait que s'il fuyait le premier, il lui donnerait l'occasion de se rapprocher. Fort heureusement pour Adrian, Gemma fut effectivement la première à se détourner, consciente de sa tenue, de celle d'Adrian, de la distance les séparant, de leur situation en général. Pour lui, ce fut l'occasion de pouvoir fermer un instant les yeux en reprenant une respiration qu'il essayait de maintenir calme et posée.
Elle pensait comme lui, cela dit. C'était évident que quelqu'un les avait enfermés ici. Une blague de mauvais goût. Adrian aurait pu s'en énerver si, dans le fond, il s'en souciait réellement. Plus que d'être enfermé, son problème était surtout d'être enfermé avec elle.

Et je ne m'excuserais pas d'être ici alors que j'ai cru qu'il t'était vraiment arrivé quelque chose Adrian.

A ces mots, il rouvrit les yeux, la regarda à nouveau ; elle le fixait également. Le ton de sa voix n'invitait pas à une réponse quelconque de la part du Serdaigle. Une partie de lui appréciait un peu cette sorte d'autorité et l'inquiétude qu'elle montrait à son égard, mais une autre... une autre part de lui la détestait. Il soutint son regard aussi longtemps qu'il le pouvait avant de s'en détourner. Il finit même par tourner les talons et s'en aller vers les casiers du fond, disparaissant deux petites secondes avant de réapparaître, son t-shirt gris chiné en main qu'il lança sur la tête de Gemma ; et durant ce court instant où elle ne voyait plus rien, il avait déjà disparu derrière les casiers.

Reste loin de moi. Ta tenue me dérange.

Le ton qu'il employait sonnait comme une critique, un repproche ; pourtant ses mots cachaient une vérité qui le troublait tout autant ; la voir ainsi était vraiment, vraiment perturbant. S'adossant aux casiers, il se permit un long soupir et se massa le front un instant avant de se retourner vers ses affaires. Puisqu'il venait de lui passer son t-shirt propre, il ne lui restait que celui qu'il avait utilisé pour s'entraîner. Adrian l'attrapa mais sembla hésiter, n'étant pas très friand à l'idée de le remettre. Il ne voulait cependant pas rester dans cette tenue non plus car malgré tout, il se révélait très pudique. Il ne voulait pas se montrer sous ce jour. C'était trop embarrassant. Alors, après une seconde d'hésitation, il se rhabilla, pestant sur l'inconfort que ça lui causait. Dans le même temps, il réfléchissait à quoi faire et qui les avait enfermés ici. Beaucoup savaient qu'il était réglé comme une horloge et qu'il avait ses habitudes, que son rythme était régulier et qu'il n'aimait pas qu'on vienne chambouler ses plans à longueur de temps. Mais personne ne savait quelle relation il avait vraiment avec Gemma, comment il la regardait ou la considérait. C'était son secret, à lui, qu'il ne racontait pas.
Puis l'image d'un responsable lui vint à l'esprit. Un homme, plus tout jeune, avec un sourire espiègle, un esprit paternel mais adepte des railleries le concernant ; le Professeur Blueberry. Adrian claqua alors son casier assez sèchement, dans un bruit absolument pas discret. D'une main il tenait sa baguette, de l'autre un sac où quelques affaires se trouvaient. C'était évident, maintenant qu'il y réfléchissait. Qui d'autre aurait le pouvoir de placer un sortilège que même Gemma ne pouvait pas défaire ? Non pas que Gemma soit la meilleure sorcière de tous les temps, mais il savait qu'elle était loin d'être mauvais en sortilèges. Il le savait, parce qu'il l'avait observée. Il l'avait regardée, il s'était entraîné avec elle, même. Ils avaient parfois dû combiner leurs efforts pour des devoirs. Il se rappelait que parfois leurs groupes n'avaient pas été les plus simples ; qu'elle avait dû faire la police et calmer les ardeurs de certains ou que même, elle était celle qui pouvait se prendre la tête avec quelqu'un la ramenant un peu trop. Et lui, qui restait toujours en retrait, silencieux, imperturbable ; à travailler sans qu'on lui demande, à laisser les autres recopier ses notes si jamais le devoir comptait pour tout le groupe et qu'il ne voulait pas être pénalisé. Il se souvenait qu'elle et lui étaient fondamentalement très différents. Il était stoïque, solide comme un roc, les pieds ancrés dans ses habitudes et ses valeurs. Il avançait sans se préoccupait de qui se trouvait sur son passage ou autour de lui. Puis il y avait elle.
Adrian se décida à sortir de la rangée de casier, seulement pour se retrouver face à Gemma avec son t-shirt. Il s'arrêta, l'observa.

Il y avait elle, Gemma, libre comme l'air, virevoltant comme un esprit indomptable. Reniée par sa famille, moquée pour cela, mais définitivement libre. Il la voyait un peu comme ce courant d'air qui parfois était rafraîchissant d'un rire léger mais qui pouvait également blesser comme une morsure d'hiver. Elle laissait aller ses émotions, toujours expressive, passionnée dans tout ce qu'elle entreprenait. Elle avait le courage d'avancer, de sortir de sa zone de confort et de prendre des risques ; elle venait même confronter inlassablement celui qui tentait, vainement, de l'ignorer depuis des mois. Combien auraient abandonné après le comportement qu'Adrian affichait ? Combien se seraient dit que ça n'en valait pas la peine ? Mais elle était toujours là, elle. Et ça, ça l'énervait.
Encore une fois, il détourna le regard et passa à côté d'elle pour aller vers la porte et tenter sa chance, pointant sa baguette. Sait-on jamais.

Alohomora.

Mais rien n'y faisait ; le verrou persistait. Je vais en faire un boursouf de ce Blueberry.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptyDim 2 Déc - 3:19

talk to me

La frustration de ne pas réussir à ouvrir cette satanée porte, l'idée qu'on puisse la découvrir ainsi dans cette antre qui lui était normalement interdite. Elle s'inquiète Gemma, elle imagine le regard courroucé d'un professeur, d'un préfet ou pire, d'un membre de sa famille. Anton serait le plus propice à la découvrir ici et merlin qu'elle refusait l'idée. Un seul baiser avait fichu sa vie en l'air, elle n'imaginait pas les conséquences qu'on la retrouve à moitié vêtue avec un autre étudiant tout aussi habillé qu'elle. Et elle s'efforce de ne pas regarder le corps d'Adrian, elle s'efforce de ne pas discerner cette fine musculature appelante, moite, ni de s'imaginer que sa peau doit être toute aussi chaude que la sienne alors qu'elle n'a pas l'excuse de l’entraînement. De droite à gauche, elle secoue la tête rapidement et subtilement afin de chasser ses pensées d'adolescente troublée. Car elle n'y a jamais pensé à ça, pas avec Adrian et à vrai dire, qu'avec très peu de personnes. Autrefois certaine qu'elle finirait dans un mariage arrangé avec un autre sang-pur sûrement détestable, il fallait au moins avouer que sa nouvelle situation lui promettait une liberté nouvelle qu'elle n'osait pourtant pas acquérir pleinement entre ses doigts fébriles. Et de cet héritage qui ne voulait plus d'elle, une fierté qui est soudainement touchée de plein fouet alors qu'il passe à ses côtés, disparaît un instant et lui balance sur la tête un t-shirt. Gemma reste interdite en récupérant le tissu entre ses doigts crispés. Un bruit de désapprobation dépasse la barrière de ses lèvres. Sérieusement? lâche t'elle avec un agacement qui ne faisait que s'amplifier à mesure où elle se retrouvait coincée avec lui et à subir son jeu. La patience, elle n'en possédait pas forcément pour tout le monde et de recevoir ce t-shirt de plein fouet avait ouvert en elle les hostilités, ces pensées un peu énervées que sa raison tentait de calmer en vain. Une nervosité lui picotant le bout de ses doigts, elle tient le haut en face d'elle un instant en le regardant puis l'enfile. Il est bien trop grand pour elle mais c'est l'odeur du serdaigle qu'elle n'arrive à oublier alors qu'il s'évapore en effluves jusqu'à son attention. Gemma  tire les extrémités d'un vêtement assez grand pour cacher ce short qu'elle avait eu la sagesse juste d'enfiler avant de se précipiter vers Adrian. Peut-être aurait-elle du rester de son côté, le laisser seul, oublier cette impulsivité de prendre soin d'autrui, surtout de ses amis. Mais il était pourtant si clair, il ne voulait plus d'elle et au fond, au delà de l'inquiétude, de l'incompréhension, de la frustration et de cette once de colère, il y avait cette peine. Car elle y avait vraiment cru, peut-être à tord, aujourd'hui le prouvait une fois de plus. Et finalement Gemma, elle ne savait pas combien de temps elle tiendrait à serrer les dents face à son comportement, sachant pertinemment que son agacement aurait déjà explosé au visage de l’intéressé si.. si cela n'avait pas été lui. Un élève si différent des autres, un élève si différent d'elle, c'était peut-être pour cela qu'elle avait relevé ses perles brunes sur lui la première fois, une interrogation au fond des yeux, ne pas savoir que dire ni que faire, comprendre qu'à ses côtés se trouve quelqu'un de particulier.
Comme en cet instant alors qu'il réapparaît habillé, d'un vêtement qui a été utilisé. Elle reconnaît son sacrifice de son change propre pour elle et tique à ce détail, remarquant là une façon de faire attention à elle malgré ses mots qui blessent plus qu'il ne semble croire. Ou peut-être que si, peut-être qu'il est conscient de tout ça et Gemma ne veut pas penser à cette option qu'elle sait pourtant possiblement vérité, pour la simple raison que cela lui procurerait encore plus de peine finalement. Alors qu'elle le regarde, la sang-pur referme ses bras contre sa poitrine dans une manière inconsciente de se protéger mais aussi de retenir. Retenir cette envie de lui faire comprendre qu'il devait arrêter, retenir l'envie de le forcer à enfin lui dire ce qu'il se passait. Elle l'observe en silence lancer à son tour un alohomora et hausse un sourcil. Et un silence s'installe et dans ce silence, cet énervement qui bouillonne petit à petit en elle, qui appelle sa frustration, l'invite à le rejoindre sur les lèvres frustrées de la jeune femme. Ça doit tellement t'ennuyer de te tenir en ma présence.. Elle ne bouge pas la lionne mais dans le ton de sa voix, quelque chose d'indescriptible. J'espère que tu n'en feras pas de l'eczéma une fois de retour dans ta tour. Elle bouillonne, tente de retenir ses craintes mélangées à son agacement mais elle n'en est plus capable. J'imagine même pas quel dégoût tu dois avoir pour moi, la traite à son sang. Pire depuis que tu m'as vu ainsi. Et elle s'avance Gemma, elle réduit la distance qui les sépare, les bras toujours croisés contre elle, son regard qui ne sait trahir sa peine et sa frustration, ses lèvres qui ne cessent de faire part de son agacement. Adrian Ashibe, trop bien pour une amitié avec Gemma Nott. Même pas capable de lui dire clairement qu'il a toujours eu en horreur cette amitié ou ce qu'il pense vraiment d'elle. Elle le défie du regard du haut de sa petite taille face à l'étudiant qui paraît géant un moment, elle ancre ses iris brunes dans celles du serdaigle et le fixe de cette intensité nouvelle. Qu'il ose enfin lui dire la vérité, elle n'attendait que cela. Et alors qu'elle s'ancre à son regard, c'est son physique, sa magie qui la trahit, lui colorant le bout de ses cheveux bruns en un mélange de rouge, puis une nuance de bleu, finissant le tout dans une ondulation violette qu'elle n'arrivait pas à maîtriser ni à s'en apercevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Ashibe
un Serdaigle
un Serdaigle
Adrian Ashibe

Messages : 121
Date d'inscription : 25/11/2018

Gallions : 891

Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptyDim 2 Déc - 3:58

Naked Truth

Aujourd'hui était le jour où il serait forcé de parler, probablement. Adrian le sentait venir. L'épée de Damoclès qu'il avait au dessus de la tête depuis l'instant où il avait décidé de ne pas garder Gemma dans sa vie allait frapper en cette fin de journée. C'était pour ça qu'il n'osait pas bouger, qu'il restait face à la porte. Il entendait sa voix, ses mots, et sans qu'elle ne le sache, Adrian s'en voulait déjà qu'elle pense ainsi. Il s'en voulait, mais ne voulait pas pour autant qu'elle connaisse la vérité. Il l'entendit se rapprocher et il hésita très sérieusement à lui faire face ou non ; il finit tout de même par se résigner, son corps pivotant légèrement pour se tourner vers elle mais le regard au départ rivé sur le sol. Puis dès qu'il vit les pieds, nus, de la Gryffondor, ses yeux se relevèrent pour remonter le long de sa silhouette et terminer sur son visage. Il sentait sa frustration, sa colère, mais pouvait aussi deviner qu'il l'avait blessée. Mais elle saurait aller de l'avant, Gemma, elle saurait oublier ou tout du moins vivre avec et ne pas s'en faire.
Le visage d'Adrian se voulait neutre mais il lui était de plus en plus difficile de conserver ce masque tant il sentait le poids de la culpabilité l'écraser. Il n'était pas si fort que ça, pas courageux, il n'avait rien d'un brave ; Adrian était juste têtu, tenace, mais il était lâche dans le fond. Lâche car il préférait la solitude aux douleurs des relations humaines, faible car il préférait ignorer les autres plutôt que d'apprendre à vivre avec eux. Dans le fond, il n'était encore qu'un gamin et c'était bien ce sur quoi Blueberry appuyait la plupart du temps ; tu dois grandir pour pouvoir avancer. Et alors qu'il était captivé par le regard de Gemma, Adrian se demandait s'il n'était pas préférable pour Gemma qu'elle ne sache pas quels étaient ses sentiments pour elle. Puis ce fut là qu'il remarqua ses cheveux. D'une couleur à une autre, un dégradé trahissant probablement un pannel d'émotions qu'elle-même n'arrivait pas à définir.
Ca aussi, c'était un des détails qui lui avait plus ; cette différence, cette curieuse capacité qu'il n'avait jamais pu apprécier avant qu'il ne la rencontre. Il avait été fasciné au départ, désireux de comprendre le pourquoi du comment. Puis à la longue, c'était devenu un petit détail chez elle qui l'avait charmé aussi car même si elle était très expressive, ses cheveux parlaient également pour elle. Elle ne pouvait pas mentir. Trop honnête. Et le souvenir d'une après-midi où il avait eut un sourire amusé en la regardant s'excuser platement après qu'un élève se soit vautré avec tous ses livres parce qu'elle avait reculé sa chaise au mauvais moment lui revint en mémoire, comme un baume au coeur cachant la lame aiguisée d'un poignard.

Malgré lui, son masque s'effritait. C'était fatiguant mais surtout compliqué. L'impassivité habituelle de son expression et la lassitude dans son regard n'étaient pas de la partie ce soir et ne le seraient probablement pas pour les heures à venir, tout comme le professeur Blueberry avait fait le lien entre Gemma et lui juste en l'observant. C'était bien que, d'une certaine manière, il cachait mal ses émotions, si l'on se donnait la peine de l'observer.

Tes cheveux...

Sa voix était basse, presque comme un murmur. La vérité, c'était qu'elle l'intimidait un peu. Il soupira. Sa fierté voulait qu'il ne cède pas mais l'ami qu'il était n'aimait pas qu'elle soit elle aussi en proie à un tel conflit interne. N'était-ce pas mieux si elle abandonnait, tout simplement ? Ce serait plus facile pour elle, pour lui. Elle pouvait avancer en toute tranquillité, combler le vide avec une autre personne. Tout le monde était remplaçable, lui inclus, tout comme il ne doutait pas que son amour pour elle finirait par disparaître s'il s'en donnait le temps. Comme n'importe quelle blessure.
Mais il voulait comprendre, quand même. Pourquoi ?

Pourquoi tu t'accroches autant ? Qu'est-ce qu'il y a à défendre entre nous ? Sa voix demeurait basse, mais l'on devinait comme une retenue dans ses paroles, comme s'il craignait de l'énerver. Je suis juste passé à autre chose. Tu devrais faire de même.

Oh, il savait qu'il se tirait une balle dans le pied, d'une certaine manière. Parce que même s'il disait ça, ses envies étaient tout autre, surtout maintenant qu'ils étaient seuls et qu'elle le regardait lui. Comment garder sa contenance dans ces conditions ? Comment continuer à faire celui qui s'en fout alors qu'elle le confronte directement, les yeux dans les yeux, sur le problème qu'il fuyait depuis trop longtemps ? Il ne savait pas combien de temps la porte allait rester fermée et là, il se retrouvait coincé entre Gemma et la sortie bloquée. S'il partait sur le côté, il montrait très clairement qu'il la fuyait et s'il restait, elle allait tout faire pour qu'il parle, très certainement. Puis, malgré lui ; le t-shirt lui est beaucoup trop grand. Mais elle était jolie, dedans. Il avait presque envie de tendre le bras pour l'attraper. Geste que, bien évidemment, jamais il n'oserait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptyDim 2 Déc - 21:20

talk to me

Le souffle est court, chaud et presque tremblant alors qu'il dépasse ses lèvres à peine entrouvertes après avoir réussi à sortir ce qui lui pesait sur le cœur. Des mots qui ne définissent pas entièrement ce qu'elle pense, ce qu'elle ressent et pourtant qui évoquent les plus sombres de ses pensées par rapport à ce lien si fragile qu'elle sent être la seule à tenter de retenir de toute ses forces. Et elle est lasse Gemma, lasse d'être la seule à se battre pour garder cette amitié, l'approfondir, la révéler. Et alors qu'elle se sent à peine plus légère, elle remarque ce changement sur le visage autrefois impassible de l'aigle, cet éclat différent dans son regard brun. Curieuse, soulagée qu'il semble enfin ressentir lui aussi certaines émotions, qu'il semble lui aussi, au fond, avoir une conscience sur ce qui se tramait entre eux. L'espace d'un instant, elle a enfin l'impression qu'il redevient Adrian l'ami qu'elle a connu, celui qui semblait tenir à leur amitié. La brune ne lui demandait pas des efforts immensurables, elle ne lui demandait pas qu'il soit expansif soudainement, qu'il change de caractère pour s'allier au sien, qu'il revoit sa façon d'être pour leur amitié. Elle le désirait simplement comme il était, comme elle l'avait rencontré et découvert. Des traits soucieux sur le visage, elle ne peut s’empêcher d'avoir toute son attention tournée vers lui alors qu'enfin, elle obtient son tout premier contact avec lui. Comme une impression de nostalgie alors qu'il n'est plus si distant, elle sent qu'elle a réussi à atteindre l'une des multiples barrières qu'il a érigé entre eux deux.  Tes cheveux... le ton du garçon la fait frissonner un instant alors qu'elle observe sa chevelure se nuancer de rouge et de bleu, pour enfin onduler d'un violet qu'elle n'arrive plus au moment présent à contrôler. L'assemblage parfait de cette confrontation entre la lionne et l'aigle, ce violet qui se termine dans une harmonie particulière, qui l'étonne plus qu'autre chose. Elle s'en veut de ne pas pouvoir contrôler son pouvoir, ressassant ces fois sa mère la punissait pour ne pas maîtriser sa magie, ses émotions, elle a ce voile qui se dépose sur son regard alors qu'elle observe sa chevelure continuer de se teinter. Et elle n'arrive pas à stopper la nuance, son contrôle sur son pouvoir s'étant considérablement fragilisé depuis son départ du manoir Nott, elle se sent faible Gemma. Presque à nue littéralement, elle déteste cette sensation d'impuissance et là, devant le regard d'Adrian, elle n'ose plus assumer cette énergie qui semblait l'animer quelques instants avant. Trahie par sa magie, elle a le regard qui glisse vers le sol pour remonter avec étonnement alors qu'il lui parle, à nouveau. Pourquoi tu t'accroches autant ? Qu'est-ce qu'il y a à défendre entre nous ? s'exprime t'il d'une voix basse en la désarçonnant. Ses lèvres s'entrouvrent, elle ne peut croire à ce qu'il lui demande. Incapable de répondre à l'étudiant, à la fois car elle n'en a pas la réponse claire et précise, mais aussi car elle semble comprendre dans la formulation implicite de sa pensée qu'il n'a jamais vu cette amitié particulière. Pas comme elle se l'était imaginée, pas comme elle s'y accrochait depuis ces derniers mois. Certes elle n'était pas la plus proche de ses amis, certes il n'était pas celui qu'elle côtoyait chaque jours à rire aux éclats, mais, y avait-il vu qu'un lien insignifiant, inutile ? Une blessure qui se forme sur ce palpitant tambourinant. Je suis juste passé à autre chose. Tu devrais faire de même. Et elle clos ses paupières, un long moment. Elle ne veut lui montrer l'émotion qui lui monte aux yeux, elle veut oublier cette sueur froide qui s'est répandue sur sa poitrine au moment où il a prononcé ses derniers mots. Trop idiote Gemma, de s'attacher aux autres, à ceux qui ne veulent pas de toi. N'as-tu pas compris la leçon encore ? A croire que toutes ces années à vivre avec ta jumelle te détestant ne t'a pas servi. Elle s'accroche, de toutes ses forces, jusqu'à oublier qu'elle en étouffe peut-être les autres, jusqu'à oublier que peut-être, les autres ne veulent pas d'elle. Encore une fois dans sa vie, elle se sent de trop. Encore une fois, elle est celle de trop. Et la brune relève son regard sur lui, une nouvelle fois, peut-être la dernière ?
Si tu poses la question et que tu passes aussi facilement à autre chose, c'est.. c'est qu'on a visiblement pas mis la même implication envers l'autre. qu'elle murmure d'une voix basse, fixant le regard brun d'Adrian sans ne plus lui cacher sa vue brouillée. Elle retient ses larmes, elle ne veut en faire couler aucune, ni même qu'il la prenne en pitié. c'est de ma faute  annonce t'elle, la voix cassée. je m'implique toujours trop, je n'avais pas compris que.. elle a le regard qui le fuit mais son corps toujours proche du sien, son attention est tournée vers la porte qu'elle aimerait tant ouvrir pour s'échapper. Et des deux finalement, qui fuirait le plus vite jusqu'au château à présent ?
Ses bras reviennent contre elle en signe de protection alors qu'elle a le regard fuyant. Je suis désolée de t'avoir harcelé pour quelque chose qui n'a jamais existé, je.. je retiendrais la leçon. Elle n'a plus qu'une envie, c'est de quitter ces lieux. Une nouvelle fois, elle s'avance en direction de la porte et enclenche la poignée au cas où celle-ci se serait décidée à lui donner enfin sa faveur mais en vain. Agacée, la brune recule d'un pas et rencontre le corps du bleu dans son dos alors qu'elle s'immobilise un instant avant de lever sa baguette et lancer un Diffindo en direction de la serrure afin de réussir à la découper. Le sort file de la baguette pour malheureusement rebondir en leur direction et dans un dernier mouvement agile, la lionne réussit à poser sa main sur l'avant-bras d'Adrian pour le faire reculer, recevant l'entaille à sa place sur son épaule. Elle émet un léger son de douleur étouffée par ses lèvres et plaque son autre main sur sa blessure qui n'est heureusement pas profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Ashibe
un Serdaigle
un Serdaigle
Adrian Ashibe

Messages : 121
Date d'inscription : 25/11/2018

Gallions : 891

Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptyDim 2 Déc - 22:43

Naked Truth

Si tu poses la question et que tu passes aussi facilement à autre chose, c'est.. c'est qu'on a visiblement pas mis la même implication envers l'autre.

Ces mots font mal tant ils étaient vrais. Lui, mieux qu'elle, savait combien leur implication était effectivement différente. Elle endossa la faute, prit la responsabilité et le poids de ce fardeau qu'était devenu leur amitié, sans se douter un seul instant qu'elle était justement plus que ça. Il la laissait faire aussi car finalement, c'était mieux ainsi.
Pourtant, la vue de ses yeux humides le fit douter. Adrian se demanda s'il faisait le bon choix, de la fuir ainsi. Il resta silencieux alors qu'elle le dépassait et il se retourna, seulement pour qu'elle recule à nouveau et le percute. Adrian eut un léger mouvement de recul et son regard était posé sur Gemma et ses cheveux colorés. Il n'était pas dupe, il savait qu'il la blessait, il savait qu'elle était triste. Douce ironie que de voir ce violet teinter ses cheveux, couleur triste, couleur mélangeant le bleu et le rouge, symboles de leurs maisons respectives. Adrian n'était pas de ceux qui croyait aux signes de ce genre et pourtant, compte tenu de la situation, il trouvait ça presque comme la confirmation que c'était mieux qu'elle s'en aille. Trop absorbé dans la contemplation des cheveux de la Gryffondor, Adrian ne fit pas attention à ce qu'elle faisait exactement et ce fut seulement lorsqu'un jet lumineux manqua de le toucher qu'il sentit la vie reprendre. D'abord surpris par le mouvement, puis ensuite par le contact de Gemma sur son bras, il posa son regard sur elle, sur son épaule.

Gemma !

Il tira sur le bras même qui était posé sur lui pour retourner la jeune femme dans sa direction et se rendre compte lui-même de la blessure. Il prit sa main pour la décaler et regarder la plaie, superficielle ; la panique qu'il avait ressentie l'instant d'avant venait de disparaître et il sentit ses épaules légèrement s'affaisser sous le soulagement. Puis la gêne le reprit. Il la touchait, de ses deux mains ; chose qu'il voulait éviter. Lentement, il rompit le contact et se redressa car, penché au dessus d'elle, ils étaient bien trop proches. Une de ses mains vint attraper sa baguette qu'il pointa sur l'épaule de la jeune femme.

Episkey.

Les secondes qui suivirent, la blessure avait disparu. Adrian rangea alors sa baguette en affichant un air quelque peu désolé. C'était à cause de lui. Elle voulait tellement s'échapper qu'elle prenait le risque de se blesser. Gemma avait des questions, sans réponses. Elle voulait savoir pourquoi et il ne répondait pas, alors elle ne pouvait qu'interpréter ses actions. Coupable de la situation dans laquelle ils se trouvaient, Adrian songeait qu'il avait une autre possibilité de pouvoir s'exprimer. Il pouvait lui répondre. Tout lui dire, sans qu'il ne s'expose. Il pouvait parler... tant qu'elle ne comprenait pas. C'était le grand avantage d'avoir grandit avec une deuxième langue très peu parlée. Ses lèvres s'entrouvrirent, il hésita un instant, puis il finit par se lancer, sachant pertinnemment que ce qu'il faisait était, encore une fois, digne d'un lâche.

Je suis désolé. Je te ne te laisse pas le choix parce que je n'ai pas envie de prendre ce risque. Je ne m'en sens pas capable et je ne suis pas assez fort pour nous deux, c'est une certitude. Je sais que maintenant plus que jamais tu as besoin de tes amis... mais je n'en suis pas un. Tu n'es plus une amie depuis trop longtemps. Aujourd'hui tu as mal, mais dans un mois, tu iras mieux. Et moi aussi.

C'était comme un poids qui s'enlevait, en vrai. Si elle ne pouvait pas le comprendre, lui savait ce qu'il disait. C'était terrifiant mais d'un autre côté libérateur. Son regard s'était adoucit et il semblait même salement déprimé dans ses paroles. Pas besoin de comprendre les mots pour entendre sa voix.

La vérité c'est que je suis jaloux. Avant je m'en fichais, maintenant ça m'énerve. Je n'aime pas quand un autre te regarde ou te fait rire, je suis irrité quand tu discutes avec ton capitaine ou quand tu es mise en duo avec quelqu'un d'autre en cours. Même les vieilles rumeurs infondées me font douter alors que je sais qu'elles sont fausses. Et je déteste ça. Réellement. Je n'aime pas être comme ça.

Ses sourcils s'étaient froncés à mesure qu'il parlait. Qu'est-ce qu'il pouvait être bavard. Adrian avait bel et bien des choses à dire, mais il ne savait comment les exprimer. Il voulait lui dire qu'il tenait à elle mais qu'il avait terriblement peur de ne pas être à la hauteur ou de la blesser ; il voulait dire qu'il avait peur de la toucher parce qu'il craignait de la briser plus qu'elle ne l'était déjà. Mais rien à faire, il n'y arrivait pas. Dans une langue comme dans l'autre, certaines paroles demeuraient impossibles à prononcer. Il ne voulait pas non plus prendre le risque de juste se déclarer et laisser les choses ainsi car ces courts mots, nul doute qu'elle pourrait en trouver la signification ; tandis que s'il la noyait sous un flot de mots incompréhensibles, elle ne chercherait pas. Elle ne pourrait pas se rappeler de tout.

Quand tu es là, le moindre de tes mouvements capte mon attention. Ta voix est plus bruyante que celle des autres, ton rire plus fort. Je galère, vraiment, pour passer à autre chose. Mais je n'ai pas l'intention de revenir en arrière. Il fit un pas en arrière, ses yeux se baissant, coupable. Je suis désolé.

Ce ne fut qu'à la fin de son discours qu'Adrian se demanda si cela avait été une bonne chose. Il venait ouvertement d'admettre qu'il avait des raisons qu'il ne voulait pas qu'elle sache. Il avait, en agissant ainsi, confessé qu'il y avait bien quelque chose d'autre que la simple absence d'amitié. Adrian déglutit et se surpris à être incapable de relever les yeux pour la regarder. A la place, il prit une profonde inspiration et releva la tête quand il expira l'air de ses poumons avant de se passer une main dans les cheveux. Elle était libre de faire du forcing sur la porte si elle voulait, lui ne s'en sentait pas la force ; il lui tourna le dos, préférant repartir vers le fond du vestiaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptyLun 3 Déc - 1:54

talk to me

Une blessure qui laisse une impression de brûlure au passage du sort qui s'est malheureusement retourné contre elle, elle serre les dents et souffre en silence le temps que la douleur lancinante passe. Elle sent son bras engourdi et des picotements sur la plaie vers son épaule et s'épuise mentalement à culpabiliser d'avoir lancé le sort, à culpabiliser d'être venue dans les vestiaires masculins, à culpabiliser tout simplement de s'être trop attachée. L'avait-elle étouffé ? En avait-elle trop fait comme à son habitude ? C'est le regard distant d'Adrian qui lui faisait le plus de mal car ses mots ne faisaient qu’interpréter ce qu'elle savait déjà, mais qu'au fond, elle tentait d'ignorer. Puis il y a son prénom exclamé depuis les lèvres d'un aigle qu'elle pensait muet. Son prénom résonnant avec inquiétude et elle reste surprise un long moment alors qu'elle le laisse l'attraper par le bras, l'attirer près de lui. Son regard brun se relève sur les iris inquiètes et concernées d'Adrian, elle le dévisage sans s'en empêcher une seule seconde alors qu'au même moment, il repose toute son attention sur elle, sa blessure. Fallait-il qu'elle se blesse pour qu'il soit concerné par sa personne ? Il y a ses mains chaudes sur elle qui ne la dérange pas, il y a son souffle qui caresse sa peau alors qu'il est près, beaucoup trop près. Elle déglutirait presque, se rendant compte qu'ils n'avaient jamais été aussi proches physiquement tous les deux en étant ensemble avant cet après-midi, observant Adrian d'un nouveau regard, sous un autre angle. Et elle sent le sort venir caresser sa plaie, l'englober, la soigner. Un soupire d'aise s'échappe de ses lèvres au moment où elle ressent cette sensation particulière venir s'occuper de la blessure et la refermer. Merci lui murmura t'elle alors qu'il s'éloignait à nouveau, une impression chaude oubliée sur son bras lorsqu'il enleva ses mains. Et elle se massa l'épaule, puis les bras, à l'exact endroit où il l'avait touché, l'observant simplement réfléchir. La brune pouvait lire le trouble qui habitait l'étudiant au sein de ses iris et des siennes, un murmure silencieux, celui qui voulait dire combien elle aimerait l'aider à prendre sa décision, quelle qu'elle soit. Et enfin, il parla.
Longtemps, sans s'arrêter. Le regard de Gemma s'agrandit au fil des mots, de ses phrases dont elle devinait la ponctuation, le rythme, l'intensité. Elle ne sut traduire ce qu'il pouvait lui dire mais la lecture de son corps fut de son attention toute dévouée, tentant, sans une seule fois l'interrompre, de comprendre l'étudiant. Elle comprit qu'il était peut-être plus facile pour lui de s'exprimer en japonais, elle comprit qu'il comptait sur le fait qu'elle ne le comprenne pas. Et à la fois, elle sentait ses épaules se relâcher, elle sentait ce poids qu'il déposait à ses pieds au fil de ses mots. Cette langue inconnue qui lui paraissait si mélodieuse en un sens, belle alors qu'elle ne pouvait que se délecter de son harmonie et en rien de sa traduction. Gemma n'avait pas une seule fois ouvert la bouche mais tout le long, elle avait soutenu son regard. Ses bras étaient relâchés, ses cheveux redevenus bruns, il l'apaisait en lui parlant, quelle que soit la langue employée. Lorsqu'il termina ses longues tirades, elle l'observa baisser à nouveau les yeux et se retirer d'un pas. Les sourcils froncés, elle l'écouta tendrement. Je suis désolé. Les lèvres entrouvertes, elle ne peut dire quoi que ce soit. Elle a la gorge nouée par l'intensité qu'il a pu prononcer à travers ses mots, par ce qu'elle a pu lire à travers ses iris et elle prend le temps de l'observer relever son attention sur elle, se passer cette main dans les cheveux puis s'en aller à nouveau afin de partir au fond de la salle.  
L'étudiante ne fit aucun geste, aucun pas, ne prononça aucune parole. Un regard envers la porte, elle se fit à l'idée qu'ils devraient attendre le secours ou l'arrivée d'une tierce personne pour les aider à sortir des lieux. Plus vraiment inquiète qu'on la découvre après ce qu'il venait de se passer, elle se frotte ses bras gelés, regarde le sol, puis la silhouette d'Adrian. Elle ne savait que faire, sans le mettre mal à l'aise, sans retourner à cette scène où elle serait à nouveau la protagoniste de trop. Les derniers mots anglais du bleu résonnaient dans ses pensées sans qu'elle n’arrive à poser de mots sur leur sens. Car même si elle pouvait supposer qu'il s'excusait pour les larmes qu'elle avait empêché de faire couler, le ton employé, la dynamique de ses mots utilisée n'étaient pas anodins. Elle arrivait doucement à la conclusion qu'il y avait bien plus dans cette histoire, une raison à son éloignement, une part de culpabilité peut-être qu'elle devrait soit porter, soit enlever des épaules de l'aigle. Mais.. l'accepterait-il encore à ses côtés si elle revenait à lui ?
Alors elle attend, un moment. Elle hésite, sans une seule fois faire de pas vers la porte, ni vers lui. Son regard passe du sol à ses bras, elle aperçoit le t-shirt qu'il lui a proposé, elle sent l'odeur du sportif et se remémore le premier rire qu'elle a réussi à lui extirper alors qu'ils travaillaient ensemble sur un devoir. Elle se remémore de son sourire beaucoup plus appuyé que les autres alors qu'ils sortaient d'une intense séance de quidditch. Elle a leur amitié lui revenant par séquences dans son esprit et un doux sourire étire ses lèvres et vient apaiser son cœur, son âme. Pourquoi ne pas essayer d'apaiser celle d'Adrian ? Gemma s'avance doucement en sa direction, ses pieds nus dissimulant son approche alors qu'elle observe la courbe de son dos assit sur l'un des bancs. Elle s’assoit juste derrière lui, ressent la caresse de son bras frôlant le corps de son ami et reste là, sans rien dire durant une longue minute. Tu te souviens du jour où j'ai chuté de balais en plein match ? Le cognard ne m'avait pas loupé ce jour là.. murmure t'elle avec une nostalgie particulière. Tu sais quel est mon meilleur souvenir de cette histoire ? C'est toi. C'est toi que j'ai vu le premier à mon réveil. Et franchement, j'étais si mal que te voir m'a fait le plus grand bien.. elle a la voix qui s'enroue en se remémorant le passé, cette période de sa scolarité. J'ai eu peur de remonter à balais après ça, tu le savais, tu l'as senti. Là où tout le monde a cru à mes mensonges lorsque je disais que j'avais des devoirs à rendre et que je loupais les entraînements, t'as été le seul à me comprendre.. Un soupire d'aise, un sourire qui se dessine sur sur ses lèvres. Et tu m'as forcé alors que je t'ai tenu tête, tu m'as forcé à reprendre le vol, tu m'as promis que je ne retomberais pas, que je devais le faire. C'était la chose à faire mais, j'avais vraiment peur, plus que jamais, plus que ma mère même alors c'est pour dire.. Un rire qui se casse alors qu'elle a cette pensée amer envers sa famille. Et pourtant tout s'est bien passé et on a volé, longtemps, ensemble, c'était bien, c'était.. parfait. T'as été là pour moi, tu me suivais et je me sentais en sécurité. Tu as été là pour moi Adrian et pas que cette fois. Et j'ai été là pour toi, enfin j'espère, je.. j'espère de tout cœur que cette amitié tu ne l'as pas sentie qu'à sens unique. Sa voix s'est fait plus sombre, dans les graves, elle se permet une main sur son épaule, glissant le long du bras du serdaigle, lui attrapant ses doigts, les fixant du regard. Je suis désolée que tu ne sois pas en paix. Je suis désolée pour ce que je t'ai fait. Je n'ai jamais voulu te faire du mal, je n'ai jamais voulu tout ça. Et son regard brun remonte enfin jusqu'au visage de son ami, ses doigts pressent les siens tendrement. Elle se livre comme rarement elle le fait, elle le fait alors que cela va à l'encontre de ce qu'on lui a apprit à faire dans sa famille. Tu me manques Adrian et je te laisserais tout l'air libre que tu veux si tu le souhaites, mais si tu ne le souhaites pas au fond, je resterais. Et.. et tu n'es pas obligé de me répondre car je sais que tu n'aimes pas les mots, je sais que c'est compliqué mais.. tu peux me le dire par un regard, demain, dans trois jours, une semaine, un mois.. Quand tu le voudras.
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Ashibe
un Serdaigle
un Serdaigle
Adrian Ashibe

Messages : 121
Date d'inscription : 25/11/2018

Gallions : 891

Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptyLun 3 Déc - 2:50

Naked Truth

Assis sur le banc, Adrian tournait le dos. Il se cachait dans l'ombre, en proie à d'innombrables doutes. Lui qui était si froid, si solide, se sentait anormalement fébrile. C'était frustrant, terriblement frustrant de se sentir aussi faible. Il ne voulait pas s'autoriser une telle faiblesse et de tels sentiments. Son égo hurlait que ça le tirait vers le bas, qu'il n'en avait pas besoin et que si c'était pour terminer comme ses parents, il était mieux seul ; mais de l'autre, il désirait profondément cette proximité, ces échanges, cette complicité. Peu de gens arrivaient à le toucher, à passer outre les barrières qu'il avait érigées. Cela lui avait prit du temps et avait été un travail de longue haleine. Gemma... Gemma avait eu cette force de pouvoir escalader les murs, trouver des failles, passer là où il ne regardait pas pour mieux le surprendre. Adrian se prit un instant le visage entre les mains, se trouvant ridicule. Il n'avait que dix-sept ans. Est-ce que ce genre de sentiments valaient le coup de se mettre dans un tel état, à cet âge-là ? Sa vie ne faisait que commencer. S'il devait trouver quelqu'un, il trouverait une personne plus tard, après Gemma. Ce n'était pas obligé que ce soit elle. Lui comme d'autres savaient qu'à cet âge ils ne pouvaient vraiment rencontrer une quelconque âme soeur, que les chances étaient faibles, puis il y avait ces histoires de mariages arrangés aussi ─ il pouvait s'estimer un peu heureux que dans le malheur de Gemma, elle ne se retrouverait probablement pas forcée de marier un homme qu'elle n'aime pas.
Puis il y eut ce contact sur son bras qui manqua de le faire sursauter ; il tourna la tête, ses bras se baissant. Il sentit la caresse, faisant naître une panique nouvelle pour lui. Il détourna instantanément le regard, ne voulant pas la voir. Pourquoi était-elle venue le rejoindre ? Pourquoi venait-elle le retrouver ? Pourquoi s'asseyait-elle aussi proche de lui ? Son regard passait d'un pied de casier à un autre et il n'osait pas bouger, figé par l'inquiétude de ne pas savoir ce qui allait se passer ensuite. La minute sembla durer une éternité quand enfin, Gemma prit la parole. Il l'écouta. Sans un mot. Attentif. Elle lui rappelait les bonnes actions qu'il avait pu faire à son égard, gestes dont lui-même ne se souvenait pas spécialement car pour chaque bonne action qu'il avait pu faire, il parvenait à en trouver une mauvaise. Non, Adrian ne s'aimait pas des masses. Il avait une fierté mal placée, une arrogance certaine et un égo surdimensionné, mais étrangement, il ne se faisait pas confiance et ne s'aimait pas non plus. Entre l'image qu'il projetait et ce qu'il pensait, il y avait un fossé. Gemma semblait vouloir y construire un pont, lui faire comprendre qu'il y avait du bon en lui et qu'il l'avait soutenue quand personne ne le faisait. Peut-être avait-elle raison. Et tandis qu'il réfléchissait, elle posa une main sur son épaule ; un frisson lui parcouru la peau car la main de Gemma était froide, même si le contact semblait terriblement chaud.
Il sentit sa main descendre le long de ses muscles relâchés et venir trouver sa main, où elle mêla ses doigts aux siens. Il n'y comprenait rien. Pourquoi se comportait-elle ainsi ?

Tu me manques Adrian.

Son coeur eut, une nouvelle fois, un raté. Mais pire encore, son regard était perdu. Il sentait une bouffée de chaleur le prendre au niveau du visage et au torse. La suite de ses paroles fut écoutée, mais qu'à moitié entendue. Elle doutait toujours de leur amitié mais sa colère semblait être retombée pour un sentiment plus doux, plus chaud. Lui ne s'y était absolument pas préparé et alors qu'elle retombait dans le silence, lui ne réagissait pas. Il ne savait absolument pas quoi répondre à ce qu'elle venait de lui dire. Après de longues secondes de silence à peser le pour et le contre, il eut finalement un mouvement. Très léger, subtil, mais qu'il ne pu arrêter tant il était simple à effectuer ; il resserra l'étreinte de leurs mains. Il réalisait qu'il n'avait jamais tenu sa main et qu'elle était plus petite que la sienne, alors qu'il n'avait pas forcément des mains très grandes. Sa peau était douce et ses doigts plus fins. Il avait envie d'y glisser son pouce, de prendre sa main dans les siennes toucher ses doigts, remonter sur sa peau et mieux la découvrir. Il sentait cette nouvelle curiosité réchauffer son torse et embraser son visage. Pourquoi diable lui faisait-elle cet effet ?

Il devait prendre une décision. Maintenant. Il n'imposait plus rien à Gemma maintenant ; c'était elle qui le laissait choisir et maintenant qu'on lui en offrait la possibilité, il n'était plus sûr de rien. Il ne voulait pas la perdre, c'était évident, mais il ne voulait pas juste rester là où il était non plus. La situation était tellement inconfortable. Même s'il lui disait que c'était fini, il savait qu'il continuerait de la voir au Quidditch ou en cours. La principale différence serait qu'elle ne viendrait probablement plus vers lui et que leurs échanges seraient bizarres. Même en procédant ainsi... pouvait-il être vraiment sûr qu'il irait de l'avant aussi facilement qu'il voulait le croire ?

Clic. Adrian tourna légèrement la tête dans la direction opposée à Gemma, reconnaissant le bruit d'un verrou qui s'ouvre. La porte n'était plus bloquée ; et étrangement, cette pensée l'effrayait maintenant. Si elle se levait et qu'elle partait, c'était lui qui serait abandonné et non l'inverse. Mais alors, pourquoi restait-il assis, sans rien faire ? Il soupira, ses yeux se fermant un instant. Il sentait les palpitations de son coeur aussi violemment que la peur lui tordait les tripes. Mais peur de quoi, au juste ? Ce n'était pas grand chose, tout ça. C'était humain, normal, tout le monde passait par cette étape ; que ce soit l'amour, la haine, la peine, la douleur, la jalousie. Tout le monde le vivait au moins une fois. Il se devait de faire un choix, maintenant.

Adrian tourna la tête vers Gemma pour la regarder, attendant qu'elle fasse de même pour que leurs yeux se soutiennent mutuellement.

Je...

... t'aime. Mais il n'en dit rien.

... ne te considère pas comme une amie.

Et il retira sa main, doucement. Son regard se détourna de celui de Gemma et il se releva, récupérant son sac pour passer une lanière à son épaule. Il n'ajouta rien de plus ; son corps pivota, il passa à côté de Gemma et se dirigea vers la porte. Lorsqu'il posa la main dessus, elle s'ouvrit tout naturellement, n'opposant aucune résistance. Le bruit distinctif d'une porte qui s'ouvre vint briser le silence du vestiaire, puis le claquement de porte qui se ferme.

C'était comme s'arracher le coeur, en quelque sorte. Adrian luttait pour garder un visage impassible, serrant les dents alors qu'il s'éloignait. Trop habitué à sa solitude, il ne savait même plus comment gérer ce genre de situation. Peut-être avait-il fait une terrible erreur et que le professeur Blueberry ne se gênerait pas de le lui dire, mais Adrian n'était pas quelqu'un de sociable. Il n'était pas de ceux qui pouvaient s'ouvrir facilement, admettre leurs faiblesses et assumer leurs sentiments. Depuis tout petit déjà, il s'était séparé des autres, avait mis cette distance. Pour se protéger lui mais aussi ses deux cadets. S'il ne parvenait plus à garder ce qu'il avait mit si longtemps à bâtir, à quoi est-ce que cela pouvait-il lui servir ? S'il baissait sa garde, s'il laissait Gemma entrer dans son intimité, qui sait avec quels dégâts il en ressortirait ? Négatif, pessimiste, il ne voyait aucune bonne issue à cette histoire. Juste celle d'une amitié brisée. Mais ce n'était pas grave, elle s'en remettra, et lui aussi. On finit toujours par s'en remettre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma EmptyLun 3 Déc - 3:15

talk to me

Il se lève Adrian, après lui avoir arraché le cœur, martelé l'âme, lézardé ce dernier lien persistant de leur amitié. Et elle reste choquée un long instant alors qu'elle discerne le bruit de ses affaires attrapées, celui de ses pas qui quittent la pièce et sa main qui enclenche la poignée. Elle reste assise là sur ce banc, seule, l'impression d'un froid glacial laissé sur sa peau à l'endroit où elle avait eu ce contact physique avec lui. Elle a la gorge serrée et l'envie de rendre justice à ce moment, à cette amitié, à ses efforts, au Adrian qu'elle connaît. Alors Gemma se lève d'un bon et resserre sa prise sur sa baguette, elle accourt jusqu'à la porte des vestiaires et arrive pieds nus dans l'herbe fraîche. Elle observe sa silhouette s'éloigner et l'oublier, mais il est encore assez proche. MENTEUR. s'écrie t'elle assez fort pour qu'il l'entende. Et elle reste là, les poings serrés, le palpitant tambourinant. Elle reste là seulement quelques secondes et part dans son propre vestiaire. Elle a besoin de voler, elle a besoin d'oublier ce qu'il vient de se passer, oublier ces sensations qu'elle a ressenti, la proximité, les mots qui font mal, la distance d'Adrian. Elle a besoin de passer à autre chose, passer au dessus de cela pour rester forte. Mais tout ça l'ébranle encore alors qu'habillée de sa tenue de quidditch, elle passe par le vestiaire des garçons pour déposer le t'shirt dans le casier du joueur. Elle a les doigts tremblants en attrapant son balais. Quelques larmes s'écoulent sur ses joues au moment où elle décolle du sol. Elle avait cru qu'il dirait autre chose lorsqu'il s'était arrêté au milieu de sa phrase et ces mots, elle pouvait presque les avoir entendu murmurés si elle y avait bien prêté attention.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Naked Truth ft. Gemma Empty
MessageSujet: Re: Naked Truth ft. Gemma   Naked Truth ft. Gemma Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Naked Truth ft. Gemma
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « The Truth is always the right answer » (terminé)
» Glacé comme le sang dans tes veines || Heph', Sigyn, Gemma, Brook
» Naked is not enough --- Sacha/Senna (semaine 2)
» Logan "Judicaël" ᴥ The truth will set you free. But first, it will piss you off.
» [Important] The truth is you don't know what is going to happen tomorrow. || END

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: Le Chaudron Baveur :: Les Toilettes de Mimi Geignarde :: Le Passage pour la chambre des secrets-
Sauter vers: