AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Chapitre II : les fleurs du mal




le Directeur de Poudlard

avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 22/02/2013

Localisation : dans mon bureau


Je suis le Directeur de Poudlard

Chapitre II : les fleurs du mal écrit Jeu 16 Juin - 16:33

Chapitre II : les fleurs du mal
Jardin empoisonné






Je suis belle, ô mortels! comme un rêve de pierre.
Les jeunes sorciers et les étudiants se sont installés au sein du château depuis presque un mois. Le temps estival a laissé place à une météo plus maussade et l'immense saule cogneur commence peu à peu à perdre sa toison de verdure. Les oisillons sont devenue grands et ont finalement quitté le nid, ils volent de leurs ailes fortes se préparant pour le grand voyage. Les vacances sont déjà loin et pour certain ne sont plus qu'un délicieux souvenir. Les travaux du quartier étudiant sont enfin fini et les jeunes adultes ont prit possession de leur nouvel environnement. Les locaux sont vastes et colorés, cette nouvelle liberté acquise prépare certain à leur vie future d'adulte accompli.

Les cours, le quidditch et les heures d'étude s'accumulent et déjà les petites têtes blondes s'alourdissent de nouvelle connaissance. Rusard veille toujours jalousement sur ses couloirs et malheur aux pauvres binoclards qui errerait tardivement, ne respectant pas ce précieux règlement. Il est un peu plus de 22 heures et la grande horloge de la cour extérieure entonne son chant lugubre faisant grincer ses vieux rouages et résonner son tintamarre mécanique. Le pendule doré bas la mesure dans sa cage de pierre. Un... Deux ... Trois, elle tinte encore et encore dans sa folie frénétique. Alors que le calme et le silence envahissent le château qui entre dans son mutisme nocturne, les lueurs des bougies dansant sur les murs des salles communes où les noctambules veillent en se racontant des vieux récits, dans le moelleux confortable des oreillers de plumes aux couleurs de leur si belle maison. Les préfets effectuent leur ronde journalière par binôme arpentant, les larges couloirs déserts et s'évertuant à ne pas passer des heures dans ses maudits escaliers qui n'en font, qu'à leur tête, leurs baguettes en main, il avance courageusement quand le regard du préfet de Gryffondor se fige. Là au bout du couloir du troisième étage, il y a quelque chose d'étrange. Le second préfet croise le regard de son collègue et finit par lever les yeux vers cette inscription luisante et visqueuse ...Était-ce une mise en garde ou une accusation directe ?

LIARS

La peinture est encore fraîche et l'odeur est encore forte. Les coups de pinceau sont anarchiques et les éclaboussures nombreuses. Alors que les deux préfets rebroussent chemin, des bruits les interpellent. Il fait sombre et pourtant des grattements proviennent d'une de ses portes. Les secondes s'égrènent puis les minutes avant que la peur ne les pousse à courir à la recherche d'un adulte compétent... Il fuit prenant leur jambe à leurs coups essayant de ne plus entendre ses grattements sinistres…

Il est un peu plus de vingt-trois heures quand cinq professeurs gravissent les étages accompagnaient du directeur. Dumbledore reste silencieux et les visages des professeurs restent figés entre le mécontentement et le doute... L'infirmière est déjà sur place ses traits fatigués ne laissent rien présager de bon. Immobile sur le sol de pierre des pieds nus dépassent, recouvert d'une couverture en laine. Miss Pomfresh attend avec anxiété le directeur. L'adulte tord ses mains alors que son regard cherche un peu de réconfort dans les yeux des autres professeurs. Depuis plusieurs années, elle n'avait pas vu un tel maléfice opérer... Pas depuis l'affaire du corbeau !

Les cheveux en bataille, l'infirmière reste blême alors que Rusard recouvre le jeune corps de la couverture rouge. Dans un souffle, le regard inondé de larmes, elle chuchote :
« Nous ne pouvons plus rien faire pour la petite! »
Les cinq professeurs se regardent un peu hagard par cette nouvelle, ils ne doivent pas ébruiter la nouvelle. Les élèves dorment dans leurs dortoirs et les étudiants, quant à eux, vivent leur petite vie dans le nouveau quartier étudiant. Dumbledore fronce les sourcils et chuchote à l'oreille de Miss Pomfresh qui hoche la tête dans la négative. Le vieil homme croise ses bras sur sa poitrine et prend la parole :
« Messieurs, mesdames, il en va de la sécurité de nos élèves de surveiller encore plus attentivement nos jeunes sorciers. Nous ne devons pas ébruiter cet incident ! Il ne faut pas créé de mouvement de panique parmi nos élèves. Rusard nettoiera ce tag et nous préviendrons la famille dans le secret... Je crains que cette apparente tranquillité ne vienne de prendre fin subitement. » Un flash éclaire subitement la pièce alors que Miss Pomfresh tenait la défunte dans les mains....

Rusard aura beau fouiller chaque recoin et c'est une simple cape sombre qui lui glisse entre les mains, un témoin et surtout une preuve flagrante du drame de cette nuit. Dumbledore retire ses lunettes et frotte ses yeux. Il aurait aimé tenir entre ses mains se misérable fouineur, il était trop tard pour se morfondre. Alors qu'il réfléchit, un cri aigu s'échappe des lèvres de l'infirmière et un juron de la bouche du concierge. Le corps innocent semble ronger par de l'acide et bientôt il n'y a plus qu'un vulgaire tas d'ossements noirs à la place du cadavre de la belle adolescente...

Dumbledore presse soudainement le petit attroupement, ils doivent déblayer le couloir et de toute urgence retourner dans leur chambre... Le corps fut retiré et alors que le jour pointait Rusard venait de terminer d'ôter l'infâme graffiti du mur.

Les premiers élèves se levaient et tout semblait être redevenu normal.
Dans la grande salle, les élèves venaient prendre leur petit-déjeuner, quand les hiboux bruyants volaient en tout sens portant le courrier ou le journal de cette nouvelle journée ...



Explication...

Voici le second chapitre du forum . . Cet événement est à prendre en compte dans la suite de vos aventures au sein du château. Une lettre anonyme marquée d'un sceau en forme de hibou est arrivée dans vos mains et là sous vos yeux un cliché horrible d'un cadavre se décomposant à très grande vitesse. Une simple farce ? Ou une information cachée par l'équipe enseignante ? Serez-vous un couard ou un courageux ? Vous pouvez créer des sujets en rapport avec ce chapitre en indiquant dans votre titre : Chapitre II

Information sur la victime :
L'élève était un membre de la maison Gryffondor, membre actif du club de duel est Préfète en chef. Son identité est Carolyne Forbes, vous voyez tous qui elle était, elle accueillait les plus jeunes, se comportait comme une reine et était loin d'être une mauvaise élève. Elle était adulée par certain et sortait avec un joueur de Quidditch de la maison Serdaigle.

Ceci n'est qu'un volet de ce second chapitre, d'autres cartes vous seront présentées selon vos actions et vos recherches. Un pnj sera également disponible pour vous faire avancer individuellement si vous le désirez, pour cela, il faudra nous en faire la demande par Mp. Merci de votre attention et bon jeu


©1er septembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Un intrus dans mes parterres de fleurs
» Vin de fleurs de sureau
» Le langage des fleurs... Petit test...


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1er Septembre :: La Grande Salle :: Le ministère de la magie :: » Les Chapitres-