AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


La bulle percée (Yoite & Leda)






Invité
Je suis Invité

La bulle percée (Yoite & Leda) écrit Lun 25 Avr - 10:40

La bulle percée
Yoite & Leda






Comme tous les matins, après avoir pris son petit déjeuner, Leda se mit à faire une séance de divination. Elle devait s'entraîner un maximum pour être à la hauteur de son nouveau poste d'assistante, et en plus, elle adorait ça. Elle posa ses deux main sur sa boule de cristal et commença sa séance. Elle respirait profondément, cela l'aidait à se concentrer, à s'isoler du monde extérieur et à passer à un niveau de conscience supérieur. Après un moment, quelques images finirent par lui venir. Des bribes, comme souvent. Elle s'empressa de saisir son carnet de croquis pour les gribouiller afin d'être sûre de ne rien oublier. Elle regarda sa montre. Mince, il était déjà tard, elle avait prévu de passer la matinée à travailler au château, mais tout cela lui avait pris plus de temps que prévu.

Un dernier regard dans le miroir et Leda vissa ses écouteurs dans ses oreilles avant de quitter son appartement. Elle vivait dans la résidence universitaire londonienne des Serpents depuis qu'elle avait entamé la deuxième partie de son cursus. Elle avait toujours voulu plus d'indépendance et que cette résidence ait ouverte était une bénédiction. Son père n'avait émis aucune objection, il avait confiance en sa fille et il savait très bien qu'elle savait se débrouiller seule, elle l'avait déjà prouvé étant jeune, et jour après jour elle continuait de montrer qu'elle était parfaitement adulte et responsable. C'est donc d'un pas décidé et fier qu'elle se dirigea vers cette école qui depuis toutes ces années, était devenue sa deuxième maison, voire sa première, car en y réfléchissant, Leda avait sans doute passé plus de temps à Poudlard que dans la demeure de son père à Londres.

Quand elle arriva sur place, elle prit le temps d'admirer le château. Elle était tout simplement heureuse d'être revenue. Sans doute la musique dans ses oreilles aidait-elle, mais Leda se sentait transportée. Elle était en train de vivre un de ces moments où la vie semble se mettre en pause et où tout autour de vous n'est plus qu'une douce émotion. Elle aurait voulu que ce moment ne s'arrête jamais. Heureusement, elle n'avait pas cours, elle était venue pour travailler à la bibliothèque, mais elle se dit qu'elle pouvait bien attendre un peu, dehors, dans le magnifique parc du château. Elle alla donc s'asseoir sur la pelouse en prenant soin de se mettre à l'écart des autres, rembobina la chanson et ferma les yeux. Tout naturellement, sans même s'en rendre compte, elle commença à chanter. Leda adorait chanter et dés qu'elle était seule, elle ne se privait pas le faire. Mais quand elle était seule uniquement, elle n'avait jamais osé dire à ses proches qu'elle chantait, elle n'avait pas envie de voir la déception sur leurs visages en réalisant que oui, elle chantait juste, mais que ça voix était plutôt banale finalement. Non, elle préférait se dire qu'elle chantait bien.



Dernière édition par Leda Carrow le Mar 26 Avr - 10:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


un Poufsouffle

avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 20/04/2016

Localisation : Dans les nuages ~


Je suis un Poufsouffle

Re: La bulle percée (Yoite & Leda) écrit Lun 25 Avr - 19:40


LA BULLE PERCEE

❝ Young Volcanoes ❞

BAM !! Il se réveilla en sursaut, ses bras se crispèrent sur la table. Il tourna le visage sur le côté, le nez tout rouge, ses cheveux roses en désordre devant ses yeux, et grimaça. Urgh, itai... Manquant de lâcher un juron japonais, il ouvrit les yeux et releva ses pupilles vers le professeur. Ce dernier tenait encore le livre avec lequel il venait de le frapper, fixant Yoite avec des yeux exorbités, le visage écarlate, et une mimique ne présageant rien de bon. Le jeune poufsouffle, sans se fatiguer à se redresser, releva simplement un de ses petites mains, « Pr....présent... »

Ce fut la goutte d'eau. Le professeur le prit par le col arrière de son uniforme toujours trop grand pour lui, et le remit sur ses pieds brusquement. Yoite avait une petite impression de déjà vu, il y réfléchissait justement, tandis que monsieur le-professeur-de-la-matière-où-je-suis-assis-au-fond-côté-fenêtre commençait à déballer son discours de moralité journalier, « Alors comme ça MON COURS n'est pas assez INTERESSANT pour que MONSIEUR ARASHINOŌ daigne de le suivre ?!! » Si l'intéressé écoutait, il aurait sans doute répondu de manière trop honnête, fort heureusement, il se demandait une fois encore d'où lui venait cette impression de déjà vu, ainsi le professeur pouvait continuer sans être perturbé, « Je commence à en avoir RAS LE BOL de toi ! Qu'est ce que tu fais dans mon cours HEIN ?! Tu n'as absolument rien à y faire ! ET TU N'Y FAIT JUSTEMENT RIEN !! » Trop occupé à lui hurler son amour au pied du balcon, il n'avait pas remarqué que Yoite venait de reprendre ses esprits, et en conséquence, d'enfourner un des bonbons sortit de la réserve inépuisable de ses poches, « Tu ne peux MÊME PAS voler ! Espèce de bon à rien ! Pourquoi tu restes là ?! Tu perds ton temps !! Tu pourras rester autant que tu veux, tu ne pourras JAMAIS monter sur un balais ! Tu m'écoutes ?! JAMAIS ! Je comprends pas pourquoi on t'a autorisé à suivre ce cours,  Dumbledore sait pourtant très bien que tu es presque av... » La main du poufsouffle venait de se plaquer sur celle de son professeur, dans un élan désespéré. Ah non ! Il n'avait pas le droit ! Les larmes scintillantes dans le coin de ses yeux, le jeune garçon se détacha de l'emprise de ce fichu professeur remplaçant de Vol. Il passa son ample manche sur ses paupières pour effacer ses larmes, pourtant ces dernières se frayèrent un nouveau chemin sur ses joues lorsqu'il se rendit compte du regard intrigué de l'ensemble de sa classe. Alors, Yoite repoussa le professeur qui commençait à peine à se confondre en excuse, pour sortir en courant de sa salle de classe.

Il courut jusqu'à ce qu'il ait atteint l'extérieur puis il se cacha dans un arbre pour ruminer en paix. Etait-il en colère ? Etait-ce possible ? Non pas vraiment. Après tout, sa cécité partielle n'était pas vraiment un secret... Bien qu'il ne désirait pas être vu comme 'Yoite le pauvre aveugle', 'Yoite le pauvre idiot' était à ses yeux de loin plus supportable, cependant, aujourd'hui, ses yeux ne valaient pas grand chose. Ce professeur... Masquant la pointe de rancune sérieuse qu'il avait dans le regard, le jeune garçon se composa une expression boudeuse, peu désireux de laisser croître cette colère en lui. Il releva la tête, et grimpa au plus haut de l'arbre, admirant le ciel lumineux. Oui c'est vrai qu'il aimerait vraiment voler. Sur cette pensée ses yeux se fermèrent, et il s'endormit de nouveau.

Ses oreilles frémirent, réveillées par une voix douce et envoûtante. Ouvrant brusquement les yeux, Yoite écarquilla les paupières. Quel beau chant ! Quelle belle voix ! Soucieux de ne pas perturber cette douce mélodie, il se pencha en bas, pour observer le visage associé à la voix. Une branche en plein dans le champs de vision de son unique œil opérationnel, il se pencha un peu plus, puis encore un peu, puis encore un tout petit peu... La voix s'arrêta. Et le petit ange chuta de son arbre. Il se redressa sur ses coudes, hésitant entre rire et grimacer, puis ses yeux croisèrent ceux de la sirène.
Le visage illuminé par un large sourire, il resta par terre, à regarder d'en bas la jeune femme qu'il venait de surprendre, « Tu chantes comme une sirène ! Tu peux recommencer s'il te plait dit ? » Il leva le bras pour lui tendre la main, drôle de présentation, « Enchanté moi c'est Yoite Arashinoō, élève de Poufsouffle en septième année ? Et toi ? Je peux continuer à t'appeler sirène dit ? » On avait également oublié de préciser qu'il avait un bon débit de parole, et une timidité presque inexistante, tout comme la fierté ou l'honneur... « Je ne t'ai pas fait mal en tombant ? OH ! J'ai des biscuits si tu veux, c'est quoi ton parfum préféré ? »[/b] Ses yeux scrutèrent son visage, et son expression de fit inquiète, légèrement soucieuse, [b]« Dit... je peux rester ici avec toi ? »
crédit (c) Chaussette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti: Toujours en Quête d'une Percée Louverturienne.
» Hermy: Un vrai panier percé.
» Lorsque Brook bulle.
» Vous avez vu la dernière bulle du pape ?
» BULLE femelle caniche 3 ans (14)


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1er Septembre :: Le Stade de Quidditch :: Les Toilettes de Mimi Geignarde :: » Le Passage pour la chambre des secrets-