AccueilAccueil  La GazetteLa Gazette  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  La GazetteLa Gazette  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

(Aurora) Are you my new dream ?
un Gryffondor
Ambrose Prewett
un Gryffondor
Messages : 48
Date d'inscription : 25/11/2018

Gallions : 226
Rédigé le Sam 1 Déc - 17:23

Are you my new dream ?
If you lose yourself, I’ll find you
Déjà une semaine qu'ils sont arrivés. Une longue semaine et il a l'impression que cela fait plusieurs mois. La rentrée s'est passée à une vitesse folle. Le banquet du premier soir, la fête entre les gryffons, puis les premiers cours, les premiers devoirs, les premières lectures de l'année. Ambrose est impatient de reprendre le quidditch et si les entraînements n'ont pas encore commencé, cela ne l'a pas empêché d'aller voler un peu. Juste pour se changer les idées. Pour éviter de penser à cette année si importante qui s'ouvre devant eux. L'année des ASPICs. La fin de l'enfance pour le début d'une vie adulte plus responsable. Ambrose n'est pas encore prêt à ça. Pas encore prêt à faire le choix le plus important de toute sa vie. Cette montagne qu'est l'avenir lui semble infranchissable. Elle est sombre et froide, insondable, imprenable. Et il avance pas après pas, en sachant que sur le chemin qu'il s'apprête à arpenter, il rencontrera surement des monstres qu'il n'est pas encore prêt à affronter : le doute, la peur, les responsabilités. Et le pire d'entre eux : le choix. Quand il se repose sur le terrain de quidditch, il est plus apaisé. Plus serein. Il inspire l'air frais de la soirée. Il sera bientôt l'heure d'aller manger. Mais avant de gagner la grande salle, il veut passer par la volière. Il va récupérer sa cape et son sac, remet sa cape et passe la bandoulière de son sac en travers de son torse avant d'enfourcher à nouveau son balai et d'aller jusqu'à la demeure des hiboux voir si le sien est revenu. Il ne l'a pas vu au petit déjeuner. Déjà une semaine, l'oiseau n'a jamais mis aussi longtemps à revenir de chez lui. Il se pose au pied des escaliers et monte les marches par deux. Une fois en haut, il entre et lève les yeux pour regarder les perchoirs à la recherche de son oiseau. Il recense soigneusement les perchoirs les uns après les autres, mais aucune trace de l'oiseau. Il grimace un peu en soupirant, passant une main dans ses cheveux, à nouveau inquiet, ramené à la réalité par cette idée saugrenue avant de se tourner pour sortir. Il pose alors son regard sur la silhouette qui se tient dans l'encadrement de la porte. Même à contre-jour, il n'a aucun mal à la reconnaître. Il lui sourit et dit : « Une lettre à envoyer, Melle Black ? ». Il l'a croisée plusieurs fois aujourd'hui, puisqu'ils ont pas mal de cours en commun. Malgré tout, cela lui fait plaisir de la voir.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
une Gryffondor
Aurora Black
une Gryffondor
Messages : 191
Date d'inscription : 23/11/2018

Gallions : 707
Rédigé le Dim 2 Déc - 4:24
Are you my new dream ?
AMBRORA

   
Ses doigts étaient tachés d’encre noire. C’était une terrible idée que d’essayer d’écrire une lettre sur ses genoux au beau milieu du parc – l’encrier était tombé deux fois sur son pull rouge vif et il n’y avait eu que l’intervention d’un sortilège Tergeo pour limiter la casse. Depuis, le Nifleur cousu par sa mère semblait lui jeter un regard noir. Littéralement. Il faudra qu’elle pense à demander à Murphy si elle ne maîtrise pas un peu mieux les sorts de Récurage, sinon sa mère se chargerait de lui rappeler pendant les prochaines vacances que « non, Aurora, le poignet doit faire un demi-cercle et pas un cercle entier. » La barbe de ces formules ! C’était bien plus amusant d’apprendre à transformer une théière en animal. Ou encore savoir comment faire voler une plume. Se servir de la magie pour nettoyer des choses, c’était beaucoup trop réducteur au goût de la lionne qui rêvait de s’en servir pour des actes grandioses. Elle n’avait peut-être pas encore la maîtrise ou la puissance pour ça, mais elle était déterminée – et si l’on prenait en considération qu’elle venait de parvenir à devenir Animagus cet été, on pouvait supposer que sa force de caractère continuerait à l’emmener loin.

Elle replia soigneusement la lettre destinée à ses parents, dans laquelle elle racontait les évènements de cette première semaine de cours, et se redressant en époussetant ses vêtements pour se diriger vers la volière. Ses cheveux auburn étaient légèrement en bataille à cause de la brise qui s’était levé en fin d’après-midi, et ses joues rosies par le froid lui donnaient l’air d’avoir quelques années de moins. Elle grimpa les marches trois à trois, s’essoufflant en voulant gagner du temps. Le banquet n’allait pas tarder à commencer et si elle était en retard, Orion ne manquerait pas de s’inquiéter pour elle. La scène avec Jémaël avait ravivé son côté protecteur ; elle tentait de faire diversion, mais il était pire qu’un Cognard lancé à toute vitesse. Il ne perdait pas des yeux son objectif, lequel en cet instant était de découvrir ce que le Serpentard avait bien pu lui dire. Surtout qu’elle n’avait pas pu cacher ses émotions, ce qui l’intriguait encore plus. Perdue dans ses pensées, la jeune sorcière franchit la porte de la volière sans se rendre compte qu’il y avait déjà quelqu’un. Ce fut le mouvement à la lisière de son champ de vision qui la fit se stopper net dans l’encadrement, de crainte de se prendre un hibou particulièrement maladroit.

Il ne lui fallu qu’une poignée de secondes pour réaliser que ce n’était pas un volatile, mais bel et bien un sorcier qu’elle reconnu tout aussi rapidement. « Une lettre à envoyer, Melle Black ? » « Ambrose ! Qu’est-ce que tu fais ici tout seul ? » Un regard aux alentours, presque inquiet de voir surgir son diablotin de jumeau d’un coin sombre. « Ton hibou n’est toujours pas arrivé ? » Omega, quant à elle, percevant la voix de sa maîtresse, s’était rapprochée en sautillant. Aura fit quelques pas vers le Gryffondor, posant sa main sur son avant-bras avec un sourire qui se voulait réconfortant. « Ne t’en fais pas, je suis sûre qu’elle va bien. » Evidemment qu’elle savait. Ils se connaissaient depuis sept ans. Comment aurait-elle pu passer à côté de l’affection qu’il portait à sa mère, son seul parent ? Ses doigts se refermèrent doucement sur son poignet, en une pression tenue, avant qu’elle ne le relâche pour le dépasser afin d’atteindre l’oiseau. Avec des gestes rapides, elle attacha la lettre scellée d’un fil rouge vif, piochant dans la poche de son jean un bout de biscuit qu’elle émietta pour la chouette. « Godspeed» souffla-t-elle dans une caresse du bout des doigts sur le sommet de son crâne.

Omega s’envola après lui avoir mordillé doucement l’index, la laissant seule avec la silhouette – bien trop grande – du lion. « Si tu veux, on peut attendre encore un peu tous les deux. Elle n’a jamais dépassé une semaine, non ? » Aurora regretta de ne pas avoir pris de veste à enfiler par-dessus son pull. Le fond de l’air n’était pas froid, mais un frisson la força à se frotter activement les bras. « J’sens que cette année, on va avoir de la neige plus tôt que prévu. » Une phrase anodine, qu’elle lança sans même savoir pourquoi. La présence d’Ambrose ne l’avait jamais mise mal à l’aise, ceci dit ils n’étaient pas vraiment habitués à n’être que tous les deux. Et puis, ils n’étaient plus des enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
un Gryffondor
Ambrose Prewett
un Gryffondor
Messages : 48
Date d'inscription : 25/11/2018

Gallions : 226
Rédigé le Dim 2 Déc - 15:31

Are you my new dream ?
If you lose yourself, I’ll find you
Il remarque son regard circulaire et imagine très bien ce qu'elle peut faire. Elle a souvent ce réflexe quand elle le croise : Ambrose est rarement seul, et son compagnon est très souvent le frère jumeau d'Aurora. Presque jamais l'un sans l'autre ces deux-là. Donc si elle veut voir son frère - ou ne pas le voir, d'ailleurs - elle sait où elle doit aller pour le trouver. Ce regard suit une question répondu à sa propre question, ce qui le laisse sans réponse. Mais sa présence en ces lieux suffit presque à lui répondre. Et les tâches d'encre qui persistent sur elle viennent compléter ces hypothèses. Alors il la laisse constater qu'il est seul, pour confirmer ses propos. Et si elle a posé une question, il doute qu'elle ait vraiment besoin d'une réponse de sa part. D'ailleurs, très vite, ses paroles suivant viennent lui donner raison. Non, son hibou n'est toujours pas arrivé. Ambrose la regarde simplement, essayant de ne pas se décomposer en entendant ses propos. Difficile à justifier de cette inquiétude qui lui dévore le ventre alors même qu'il ne sait pas si cette inquiétude est justifiée. D'autant plus qu'il n'a jamais vraiment parlé de ces questionnements qu'il a sur son père et sur les attitudes plus qu'étrange de sa mère. Pour autant, il n'a jamais pu dissimuler son attachement à la femme qui l'a élevé et qu'il aime de tout son cœur.

Omega, la chouette d'Aurora s'approche de la jeune femme. Mais c'est vers lui que la gryffondor s'approche, posant sa main sur son avant-bras. Il la regarde, puis baisse sa main sur son bras avant de relever le regard sur elle. Sa douceur a quelque chose d'agréable et il est content de la croiser. Une présence au milieu de cette soudaine bulle de solitude, c'est tout à fait ce qu'il lui fallait. Et bizarrement, il est content que ça soit elle et pas son jumeau. Le contact change. Les doigts d'Aurora se referment sur son poignet dans une pression plus ferme mais toujours aussi douce avant qu'elle ne le lâche pour aller attacher le parchemin à la patte de sa chouette. La rupture du contact est presque violente. Ambrose est plutôt habitué. Pas qu'il enchaîne les conquêtes mais il est plutôt charmeur, alors la proximité des filles il connait. Pour autant, il n'a jamais été aussi proche d'une fille. C'est assez paradoxal, mais Ambrose a toujours été plus tourné vers ses amis que vers une potentielle petite amie. Même si le quidditch a quand même un peu aidé sur ce point, le rendant encore plus populaire, d'une certaine façon. Il s'égare dans ses pensées, en regardant Aurora émietter un bout de gâteau pour l'oiseau avant de lui caresser le haut du crâne. Omega s'envole finalement, puis Aurora s'adresse à nouveau au garçon et il l'écoute puis sourit un peu en la regardant se frotter les bras. Il retire son sac et le pose au sol, veillant à trouver un endroit de sol assez propre pour le faire. Pendant qu'il fait ça, elle reprend la parole pour parler de la neige. Ambrose fronce les sourcils, se demandant ce que la phrase vient faire dans la conversation avant de sourire un peu amusé. Il s'approche d'elle pour lui déposer sa cape sur les épaules en disant : « Cela ne le fera pas revenir plus vite... Et toi, tu risques d'attraper froid ». Il la regarde et pose ses mains sur ses bras la frictionnant un peu en disant : « Mais c'est gentil de le proposer ». C'est vrai que ça le touche. Mais cela ne l'étonne pas. Elle est la plus bienveillante de tous et a toujours cet instinct de protection qui souvent les agace mais parfois les rassure aussi. Il la regarde toujours mais avant de quitter la volière, il profite d'être seule avec elle pour demander : « Ce que s'est passé avec Jémaël dans le train... est-ce que c'est grave ? ». Ambrose a vu le serpentard s'adresser à Aurora et il a vu sa réaction, tout comme Orion. Et lui aussi s'inquiète. Mais le batteur connait son meilleur ami par coeur, alors il sait qu'il ne lâchera jamais l'affaire, quitte à provoquer quelque chose qu'il ne voudrait pas provoquer. Alors, peut-être qu'il peut essayer de désarmer les choses ? Faire en sorte de rassurer Orion sans forcément qu'Aurora ne soit forcée à dévoiler son secret. Et puis, s'il faut aller démonter la gueule de Malefoy, Ambrose sera le premier à participer.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
une Gryffondor
Aurora Black
une Gryffondor
Messages : 191
Date d'inscription : 23/11/2018

Gallions : 707
Rédigé le Lun 3 Déc - 22:46
Are you my new dream ?
AMBRORA

   
Aurora sourit doucement lorsqu’il déposa sa cape sur ses épaules, l’enveloppant dans une chaleur agréable. Par moments, il agissait comme un ersatz de grand frère, et d’autres fois… D’autres fois, c’était simplement Ambrose, avec ses sourires adorables et sa tignasse brune qui tombait sur ses yeux clairs. Le même garçon qu’elle avait vu prendre vingt centimètres en un seul été, au point qu’elle s’était résignée à ne plus jamais être à la même taille vu que sa propre croissance semblait réticente. Elle haussa nerveusement les épaules, passant une main sur sa nuque : « Grave, non, je peux me débrouiller toute seule. » Une lueur dansa dans ses prunelles fauves. « Je ne suis pas sans défense, t’es plutôt bien placé pour le savoir. » La jeune sorcière resserra les pans de la cape sur elle, dansant sur la pointe de ses pieds, tentant de dissimuler sa gêne sans réellement y parvenir. Elle n’était de toute manière pas très douée pour ça, surtout lorsqu’elle connaissait la personne en face. Et la manière dont laquelle Ambrose s’était adressé à elle, posément, avec affection, suffisait à ramener tous ses regrets sur le devant de la scène. Elle était sans doute un peu trop émotive, la lionne, mais c’était aussi le propre de la jeunesse.

La Black repoussa une mèche brune derrière son oreille, sa joue se creusant d’une fossette quand elle esquissa un sourire. « Merci de ne pas essayer de m’arracher un bout de vérité à grands renforts de menaces. Orion est parfois tellement têtu que je me demande s’il n’est pas croisé avec un hippogriffe. » Elle roula exagérément des yeux, puis son air faussement sérieux s’effaça pour laisser place à un air plus neutre. « Tu penses que tu pourrais tenter de l’apaiser un peu ? J’ai beau essayer, il ne veut pas lâcher le morceau. » Ils le connaissaient tous les deux suffisamment bien pour savoir que tant qu’elle n’aurait pas avoué ce que le Serpentard lui avait chuchoté, il n’abandonnerait pas. A sa place, elle serait toute aussi tenace – si ce n’était pire, même si elle ne l’avouerait pas. Après tout, ils n’étaient pas jumeaux pour rien. « Je t’en devrais une, » elle croisa les bras sous sa poitrine. « Et je te promets que si jamais j’ai besoin d’aide, je viendrais te voir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
un Gryffondor
Ambrose Prewett
un Gryffondor
Messages : 48
Date d'inscription : 25/11/2018

Gallions : 226
Rédigé le Mar 4 Déc - 16:57

Are you my new dream ?
If you lose yourself, I’ll find you
Lorsqu'elle commence à lui répondre, Ambrose l'écoute. Il est curieux de savoir ce qu'elle a à lui dire à ce sujet, tout en sachant qu'il ne vaut mieux pas la forcer à parler. Orion essaie mais cela ne fonctionne pas. Une autre approche semble plus adaptée face aux échecs récurrents de son meilleur ami. Si la sorcière ne veut pas en parler, il y a probablement une raison. Et Ambrose espère qu'elle n'est pas grave et que cela ne nécessitera pas d'en arriver à des extrêmes qui risqueraient de mettre à mal leur début d'année. Aussi gentil et bienveillant puisse-t-il être, il y a des choses qu'il ne saurait accepter et si le serpentard s'était aventuré à lever la main sur Aurora, Ambrose n'attendrait même pas de faire un compte rendu à Orion pour aller abattre ses propres poings sur la face parfaite de Malefoy. Elle assure que ce n'est pas grave et qu'elle peut se débrouiller seule avec cela. Tout en ajoutant qu'elle n'est pas sans défense, un peu amusée. Bien sûr qu'il le sait. Lui le premier a tendance à se méfier des talents de la jeune femme qui est redoutable et qui finira par les remettre à leur place un jour - plus durement qu'à son habitude - Orion et lui. C’est avant tout la gêne dont elle témoigne en dansant sur la pointe des pieds de la sorte qui lui fait froncer les sourcils et l’intrigue encore plus. Il n’aime pas ça. Elle qui n’est pas du genre à dissimuler des choses se met tout à coup à le faire et dans un contexte des plus inquiétants.

Elle reprend la parole et le remercie de ne pas la forcer à en parler. Il la regarde un moment et secoue un peu la tête en souriant amusé à l’évocation de l’entêtement d’Orion. Ils le sont autant l’un que l’autre. Mais Ambrose a une place particulière vis-à-vis d’Aurora : il n’est pas son frère et s’il s’inquiète pour elle, cela n’est rien comparé à ce que son meilleur ami ressent. Alors c’est surement plus facile d’être plus à distance et moins insistant que lui. Elle poursuit ses paroles et il l’écoute tout en regardant le ciel un instant. Il repose son regard sur elle pour l’entendre dire qu’elle viendra le voir si elle a besoin d’aide. Il la regarde longuement, silencieusement, sondant le regard d’Aurora. Ca ne lui plaît pas de repartir sans réponse plus que ce qu’elle vient de lui dire. Mais cela serait probablement inutile d’insister. Il soupire un peu et dit : « Je peux essayer, mais je ne suis pas convaincu que ça suffise… ». Il marque une pause avant de dire : « Tu ne peux pas l’empêcher de s’inquiéter pour toi quand toi tu passes ton temps à en faire de même… ». Il la regarde avec une étincelle de moquerie dans le regard. Par moment, elle est pire que leurs parents : toujours à les questionner sur ce qu’ils font, leur présence en cours, et ainsi de suite. La plupart du temps, Ambrose n’y fait pas attention, mais parfois, cela peut être agaçant. D’autant plus que s’ils ne sont pas toujours très attentifs en cours, ils sont très souvent présents. Difficile de sécher un cours à Poudlard sans une bonne raison…  « Si j’avais quelques détails de plus, le tranquilliser serait plus facile… Et puis, tu pourrais être sympa et avoir pitié de moi. Tu trouves qu’il te harcèle ? Imagine… moi je dois le supporter quand il rumine : toute la journée et toute la nuit. Il en arrive même à me réveiller pour me parler de sa dernière hypothèse… ». Ambrose roule des yeux. Il exagère un peu, mais à peine. Il la regarde simplement, un peu amusé. Mais dans le fond, c’est vrai qu’il s’inquiète de ce qui a pu se passer. 
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
une Gryffondor
Aurora Black
une Gryffondor
Messages : 191
Date d'inscription : 23/11/2018

Gallions : 707
Rédigé le Sam 22 Déc - 4:43
Are you my new dream ?
AMBRORA

   
Ambrose avait les bons arguments, elle devait le reconnaître, mais elle-même était trop butée pour s’avouer vaincue. Son erreur avec Jémaël ne regardait qu’elle, pour deux raisons. La première était qu’elle aurait bien trop honte d’avouer exactement ce qui s’était passé à qui que ce soit – encore plus à Ambrose ou Orion. La seconde, c’était qu’à force de tout garder pour elle, Aurora en était venue à vouloir tout gérer seule. Ce n’était parfois même pas conscient, ou volontaire. Sa propre fierté était régulièrement un obstacle pour les autres, une barrière difficile à franchir. Y compris par ses amis les plus proches. Ambrose ne faisait pas exception à la règle, d’autant plus qu’il était l’ombre d’Orion – tout comme il était la sienne – et cela voulait dire que quoi qu’elle puisse confier au Prewett, son jumeau finirait par en entendre parler. Ou en tout cas, c’était ce qu’elle pensait, ne souhaitant finalement pas prendre ce risque en mettant en porte-à-faux le meilleur ami de son frère. Elle eut un léger rire en secouant la tête : « Je sais, je sais, mais parfois j’aimerais juste qu’il me fasse un peu plus confiance… Je ne suis plus une petite fille. » Et il y avait dans sa voix ce brin d’arrogance Black, qui disparut aussitôt qu’elle leva ses grands yeux pâles vers lui en esquissant un sourire.

Il plaida sa cause en lui rappelant que contrairement à elle, il devait le supporter toutes les nuits qu’ils passaient ici en subissant ses théories toutes plus farfelues les unes que les autres. Aurora se mordilla la lèvre inférieure, ajustant la cape trop grande sur ses épaules, l’air gênée. « Je me doute bien, il n’a jamais supporté les secrets : même ceux qu’on essayait de faire avec ma mère pour notre anniversaire. Il n’aime pas qu’on lui cache des choses. » Elle était un peu moins à cheval sur ce sujet, néanmoins il ne fallait pas abuser de sa confiance pour autant. Elle pardonnait très peu, la lionne. « Je dois juste mettre quelques choses à plat avec Malefoy, et si tu veux en savoir un peu plus, dis-toi juste qu’il n’est pas le seul fautif dans cette situation. » Il lui en coûtait de l’admettre, cependant il n’avait fait qu’être fidèle à lui-même. Non ? Et puis elle ne voulait pas alarmer plus que nécessaire Ambrose. « Ça va aller, ne t’en fais pas. » Aurora pencha la tête sur le côté en prenant l’air avenant, remarquant une envolée de plumes derrière le batteur. Aussitôt ses yeux s’agrandirent et elle lui attrapa le bras des deux mains. « Ambrose, regarde ! »

Son hibou était enfin là. Le soulagement qu’elle ressentît en cet instant précis la surprit elle-même. Elle aimait beaucoup sa mère, et savoir l’impact que ce silence pouvait avoir sur lui l’inquiétait. Au moins ce soir pourrait-il dormir sur ses deux oreilles – à condition que son frère le laisse se reposer. « Tu vois ? On a pas eu à attendre longtemps… » Doucement, elle le relâcha, s’éloignant d’un pas pour laisser son ami accueillir l’oiseau probablement porteur d’une lettre ou d’une marque quelconque d’affection maternelle. « Je suis contente, » souffla la jeune femme avec un sourire réservé, croisant les bras sous la cape en suivant du regard le Gryffondor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
un Gryffondor
Ambrose Prewett
un Gryffondor
Messages : 48
Date d'inscription : 25/11/2018

Gallions : 226
Rédigé le Ven 11 Jan - 22:38

Are you my new dream ?
If you lose yourself, I’ll find you
La volière est soudainement plus agréable, plus chaleureuse depuis qu'elle est là. Aurora a cette capacité de rendre les choses plus chaleureuse. Surement parce que c'est dans sa nature. Peut-être est-ce parce qu'ils se connaissent bien qu'elle est comme ça avec lui. Mais Ambrose aime sa présence. Il apprécie de voir un sourire sur son visage et encore plus quand il se reflète dans ses yeux. Parce qu'il sait qu'elle ne l'affiche pas pour les rassurer. Qu'il est sincère. Parce qu'il en a bien conscience, Aurora est comme les autres, parfois elle sourit simplement pour les rassurer. Pour leur faire croire que tout va bien, alors qu'en réalité, tout ne va pas bien. Ils sont tous un peu comme ça. Certains sont plus lisibles que d'autres. Et certains osent plus aller poser des questions que d'autres. Cette façon de ne pas parler décourage souvent à poser des questions. Ambrose sait qu'elle ne répondra pas, alors il ne pose pas de question, même s'il remarque que quelque chose la tracasse. Elle répond et il sourit un peu amusé en disant : « Je crois que c'est en Jémaël qu'il n'a pas confiance... Et puis, je te signale que nous non plus nous ne sommes plus des petits garçons ». Pourquoi donc Orion la verrait-elle grandir quand elle-même n'en est pas capable ? Elle passe son temps à le materner et à le réprimander. Il est normal qu'il lui rende la pareille. Et puis, c'est une fille. Les familles en général sont toujours plus protectrices envers les filles.

Lorsqu'il lui dit que lui doit le supporter aussi, il la voit se mordiller la lèvre. Elle recommence à parler et Ambrose rit en l'entendant parler. Et c'est elle qui dit ça ? Il sourit un peu en coin. Puis, il l'écoute à nouveau. Elle dit qu'elle est aussi responsable de ce qui s'est passé. Il fronce un peu les sourcils. Cela ne le rassure pas des masses. Et si, il s'en fera, parce que c'est dans sa nature. Il répond : « Vous ne pouvez pas vous renier tous les deux... Vous fonctionnez de la même façon... ». Il sourit un peu et dit : « Je me contenterais de ça... ». Cela ne l'aidera pas à tranquilliser son ami, mais il a moitié moins envie d'étriper Malefoy à présent. Soudainement, elle l'enjoint à regarder en lui attrapant le bras de ses deux mains. Il sent l'étreinte agréable de son amie et sourit un peu avant de se tourner. Son hibou est là. Ambrose remarque tout de suite le parchemin. Il est soulagé. Vraiment soulagé. Elle lui dit qu'ils n'ont finalement pas eu à attendre longtemps et le relâche reculant un peu. Ambrose appelle l'animal. Il l'entend souffler qu'elle est contente et s'avance de quelques pas pour aller vers un perchoir, adressant quand même un sourire à Aurora. L'oiseau s'envole du perchoir qu'il avait choisi pour venir se poser près de l'adolescent et Ambrose se penche un peu. L'oiseau semble aller bien en apparence. Il prend le temps d'observer ses ailes, mais elles sont indemnes. Il ne semble donc pas avoir été attaqué. Cela aurait pu expliquer son retard. Il récupère le parchemin à sa patte et lui caresse un peu la tête en lui adressant quelques mots doux. Le hibou se presse un peu contre l'humain, pendant que celui-ci déplie la lettre pour la parcourir rapidement. Sa mère semble aller bien. Il ne comprend pas qu'elle ait mis tant de temps. Mais bon, peut-être a-t-elle été vraiment occupée à son travail. Il caresse à nouveau le hibou et finalement plonge sa main dans sa poche pour sortir un lézard séché de sa poche dont le grand-duc raffole et il le lui tend. Le craquement est sec quand le puissant bec se referme sur l'aliment. Ambrose regarde son hibou dévorer la friandise avant de le laisser s'envoler. Une fois en hauteur, il commence à se nettoyer les plumes. Ambrose revient vers Aurora, pliant la lettre et dit : « Il semblerait que je me sois inquiété pour rien ». Il sourit un peu et dit : « Rentrons avant que tu ne sois malade. Orion m'en tiendrait rigueur et me rendrait la vie infernale ». Il roule des yeux avant de rire un peu.
code by bat'phanie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rédigé le
Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» Horse Dream RPG


Hogwarts :: Poudlard Extérieur :: Le Parc